le marais de Châteauneuf

Le marais de Châteauneuf d’Ille-et-Vilaine se trouve dans la partie occidentale de l’ensemble des marais situés entre Cancale et le Mont-St-Michel, limités au Nord par la digue Saint-Anne puis les polders, et au Sud par le massif de Saint-Brolade et la rupture topographique que l’on nomme aussi rivage fossile. En effet, le secteur autrefois recouvert par la mer lors des dernières transgressions marines, a peu à peu été exondé par la baisse du niveau marin et les aménagements humains. Ce marais se déploie sur le secteur que l’on appelle marais noir du fait de son soubassement tourbeux, tandis que le reste de cet ensemble est qualifié de marais blanc du fait des dépôts calcaires d’origine marine qui en constituent le substrat.

baie_MSM.jpg
position du marais de Châteauneuf dans l’ensemble marais de Dol – baie du Mont-St-Michel  (fond Landsat 2001 – traité en fausses couleurs)
BV_DOL_Cours_eau_Landsat_2001
cours d’eau côtiers de la région de Dol de Bretagne au 10 avril 2017 sur fond d’image Landsat 2001 traitée en fausses couleurs

La position du marais au pied du rivage fossile à une cote altimétrique inférieure à celle de la ceinture littorale constituée de dépôts marins grossiers fait qu’il se trouve en bas de la pente naturelle du terrain. Cette position topographique en fait un secteur constamment soumis aux inondations jusque dans les années soixante-dix.

Chateauneuf_20101122_v0
plan de prévention des risques d’inondations de la commune de Châteauneuf d’Ille-et-Vilaine

Le syndicat des digues et marais de Dol a pour vocation d’y gérer les niveaux d’eau, à travers un dispositif de canaux, de vannes et d’écluses aujourd’hui totalement automatisées, et jouant avec les périodes de basses-mers pour vider le marais en période de crue.

marais_chateau
le marais et son réseau hydrographique (source Géoportail)

C’est à l’occasion d’une mission au sein du Laboratoire de Géomorphologie de l’EPHE à Dinard et du Laboratoire de Botanique de l’Université de Rennes 1 en 1999 que j’ai expérimenté ce terrain lors de l’étude préalable au projet de réinsularisation du Mont-St-Michel, et qu’ensuite je me suis basé sur cette expérience et la bibliographie accumulée depuis lors pour construire une conférence introductive au Master ERPUR de Rennes 1 intitulée “Vie et mort dans les marais littoraux”.

Dans cette conférence, je présente entre autres les résultats du travail de Vincent Schricke sur la complémentarité des zones humides littorales et intérieures de la baie considérées comme un ensemble fonctionnel de zones de gagnage nocturnes et de remises diurnes pour les anatidés, ainsi que l’aménagement du marais de Châteauneuf réalisé par la FDC 35 pour restaurer cette fonctionnalité.

Ensuite, j’ai eu l’occasion durant deux années consécutives de faire découvrir à des étudiants de Licence de Géographie de l’Université de Rennes 2 différents enjeux de gestion concernant le secteur, et d’être accueillis avec eux au sein du marais par l’équipe des techniciens de la FDC 35. Cette fois, mon objectif est de leur présenter, sous un angle anthropologique, les modalités d’innovation sociale et technique en cours au sein du marais à travers le déploiement de divers associations entre les acteurs de la FDC et les alliés qui sont mobilisés pour cet aménagement puis la gestion du marais. Le choix d’une stratégie d’acquisition foncière afin de maîtriser plus aisément les niveaux d’eau, le montage d’un dossier INTERREG afin de bénéficier d’une subvention européenne permettant le financement des aménagements lourds du plan d’eau, des canaux et de digues, l’aménagement en collaboration avec le Syndicat des Digues et Marais des vannages permettant la déconnexion avec le Vieux Meleuc et ainsi une gestion autonome des niveaux d’eau, l’aménagement de chemins d’exploitations et de franchissements de canaux permettant la circulation des engins agricoles pour le transport du bétail et son affouragement, la contractualisation d’un partenariat avec les agriculteurs sous la forme d’une convention de « prêt à usage », l’équipement technique des pâtures, sont les principales caractéristiques de ce projet que j’ai présenté à ces étudiants.

Chemin faisant, les rencontres sur le terrain avec les techniciens de la FDC ont suscité des questionnements complémentaires :
– comment les adhérents de la fédération considèrent-ils ce projet d’écologisation du marais ?
– le contrat avec les agriculteurs permet-il le maintien d’un pâturage de qualité et est-il viable sur le long terme ?
– la gestion des saules est-elle possible dans les conditions actuelles ?
– que donne l’alliance avec le réseau ACROLA et l’exploration des potentialités du site pour la Phragmite aquatique ?
– les nouvelles alliances avec les naturalistes permettent-elles de tenir les anciennes alliances avec les agriculteurs en ce qui concerne le calendrier de gestion des eaux ? (le prix à payer pour maintenir cette extension du réseau n’est-il pas trop couteux ? )

Ces premières investigations et questionnements sont donc à l’origine de mon intérêt pour une recherche socio-technique plus approfondie et de la sollicitation à la FDC 35 pour un accès aux données dont elle dispose ainsi que la possibilité de mener des entretiens auprès de son personnel. Le but est de publier ce travail dans une revue scientifique.

De son côté, la FDC 35 a engagé un processus de mise en place d’un plan de gestion afin de bénéficier du statut de Réserve Naturelle Régionale et souhaite mieux discerner les conditions de pérennisation du partenariat avec le monde agricole. La FDC 35 est par ailleurs intéressée par le principe d’une publication scientifique au sujet de son initiative de gestion du marais.

La recherche que nous souhaitons mener, selon la sociologie de l’acteur-réseau, dans la mesure où elle met en œuvre une série d’entretiens auprès de la diversité des acteurs de cet aménagement, peut évidemment permettre à la FDC 35 d’appréhender de manière plus fine la logique de ses partenaires agriculteurs et de construire avec eux les conditions de leur satisfaction et de la pérennisation de cette alliance.