diplomatie paludicole

communication lors du colloque “Le vivant dans la transition socioécologique : De sa mise en débat à sa mise en recherche” ESO (UMR 6590 ), ARENES (UMR 6051), IODE (UMR 6262), Rennes 20-22 juin 2018

Diplomatie paludicole : composition du marais de Châteauneuf d’Ille-et-Vilaine, et hybridation d’une sauvagine en espèce parapluie

Le marais de Châteauneuf d’Ille-et-Vilaine se trouve dans la partie occidentale de l’ensemble des marais situés entre Cancale et le Mont Saint-Michel, limités au Nord par la digue Sainte-Anne puis les polders, et au Sud par le massif de Saint-Brolade et la rupture topographique que l’on nomme aussi rivage fossile. En effet, le secteur autrefois recouvert par la mer lors des dernières transgressions marines, a peu à peu été exondé par la baisse du niveau marin et les aménagements humains. Ce marais se déploie sur le secteur que l’on appelle « marais noir » du fait de son soubassement tourbeux. Sa position à une cote altimétrique inférieure à celle de la ceinture littorale fait qu’il fut constamment soumis aux inondations jusque dans les années soixante-dix, période à partir de laquelle des pompes sont installées pour le dénoyer afin d’y développer les cultures à la place des pâtures qui y avaient été patiemment conquises. Le syndicat des digues et marais de Dol a pour vocation d’y gérer les niveaux d’eau, à travers un dispositif de canaux, de vannes et d’écluses aujourd’hui totalement automatisées, et jouant avec les périodes de basses mers pour vider le marais en période de crue. La baie et ses marais comptant parmi les étapes majeures de migration des oiseaux d’eau, la chasse à la sauvagine [1] y est une activité très prisée.

image Landsat ETM+ 2001/05/12 – traitement fausses couleurs © Éric Collias

Cet article s’intéresse aux alliances établies entre les êtres et les choses, depuis les années 1980 jusqu’à aujourd’hui, alliances qui ont abouties à la recomposition de ce marais. Au lieu de points de vue, il recherche les « modes de prise » qui co-définissent « ce qui prend et ce qui est pris » (Stengers, 2002), dans une perspective inspirée de la sociologie de la traduction de Callon (1986).

En plus de la lecture de la littérature scientifique sur le sujet, j’ai effectué une analyse documentaire de l’abondante production de la presse locale qui a accompagné l’aménagement du marais entre 2009 et 2013 ; j’ai eu des entretiens avec trois techniciens de la FDC 35 [2] sur le marais entre 2015 et 2017, David Tannoux, Cyril Mangeard, Franck Drouyer, et ainsi qu’avec Auguste Bourdais président du Syndicat des digues et marais, et Matthieu Beaufils, ornithologue de Bretagne Vivante en 2017. J’ai retranscrit une intervention de Franck Drouyer au colloque « Réparer la nature ? L’exemple des milieux humides » de février 2016. J’ai assisté à une réunion de bilan du Comité de pilotage du Contrat Nature du marais en 2017, j’ai analysé 199 messages déposés entre 2011 et 2017 sur le blog « Hutte virtuelle ». J’ai eu aussi des échanges de mails avec Vincent Schricke, ingénieur de recherche de l’ONCFS [3] en retraite.

Première composition par la sauvagine : définir l’identité du chasseur et relier les marais

Parmi les sauvagines, la Sarcelle d’hiver se caractérise, selon Tamisier (1970), par son mode d’alimentation nocturne et son grégarisme diurne en période d’hivernage. Ce comportement est indépendant des perturbations humaines, et doit être imputé à l’action des prédateurs naturels de l’oiseau, ainsi qu’aux conditions physiologiques hormonales. La concentration des oiseaux leur permet une meilleure réponse aux attaques des prédateurs, cependant que leur vigilance permanente les contraint à cesser de se nourrir car « en effet, leur alimentation se fait la tête à moitié ou totalement sous l’eau et empêche chaque individu de voir venir un éventuel prédateur » (Tamisier, 1970). Les Sarcelles se reposent et font leur toilette lors de leurs rassemblements diurnes, dans des endroits distincts des zones de gagnage nocturnes. Cette période est par ailleurs caractérisée par l’absence d’activité sexuelle qui permet la tolérance sociale et la concentration des oiseaux. Selon Tamisier (1970), c’est ce comportement qui défini les conditions écologiques recherchées par l’espèce, à savoir un ensemble fonctionnel de zones de gagnage nocturne et de zones de remise diurne.

En 1980 Vincent Schricke démarre sa thèse sur la distribution spatio-temporelle des populations d’Anatidés (= canards, oies et cygnes), à l’aide d’un financement de l’Association nationale des chasseurs de gibier d’eau (Schricke, 1983). En mai 1980 Vincent Schricke sollicite les 2234 chasseurs de la baie (départements 35 & 50) et reçoit 430 réponses positives pour son projet d’enquête sur les prélèvements effectués par les chasseurs. Il réuni les chasseurs à 10 reprises pour mettre en place un protocole de travail, et obtiendra des retours d’information sur les prélèvements, la météo, les passages et poses de canards de gabions [4] entre 1980 et 1982. Une chaîne de traduction est ainsi mise en place depuis les canards jusqu’aux tableaux de recensement des chasseurs qui permettront à Vincent Schricke de réaliser son travail de thèse.

En entrant dans le laboratoire de Vincent Schricke, la sauvagine n’est plus alors seulement définissable en tant que gibier, elle permet de définir plus précisément le chasseur par les prises  qu’il effectue sur la population de ce gibier, ceci par l’intermédiaire des carnets de prélèvements et par le rapport qu’en fait le scientifique. C’est ce que Callon appelle une structure sociale (Callon, 1986, p.189), mais hybride, puisque composée « à la fois d’entités naturelles et humaines ». C’est ce qui permettra au scientifique, grâce à la sauvagine, de redéfinir l’identité du chasseur de la baie dont l’« activité cynégétique n’empêche pas les Anatidés d’hiverner mais en limite leur importance numérique. » (Schricke, 1983, p.271)

extraits de la thèse de Vincent Schiricke qui valident par le régime alimentaire de la sauvagine l’hypothèse des relations entre les zones de marais maritimes et continentales

Un second prolongement de cette traduction a permis au chercheur de révéler, à travers les contenus stomacaux rapportés par les chasseurs, le rôle des zones humides continentales dans les régimes ainsi caractérisés, et d’apporter la « preuve du rôle primordial que jouent les divers milieux terrestres environnants dans le fonctionnement de cet écosystème », à travers les indices végétaux rapportés par les canards dans leurs estomacs (Schricke, 1983, p.268). Parmi ces milieux, figure le marais de Châteauneuf d’Ille-et-Vilaine., et c’est la même année que l’Association des chasseurs de gibier d’eau d’Ille-et-Vilaine réalise la première acquisition de 5ha de parcelles au sein du marais de Châteauneuf. Interrogé sur ce sujet, Vincent Schricke nous confirmera que son travail est bien à l’origine de l’acquisition de ces parcelles et que c’est lui même qui a rédigé le dossier d’acquisition. La sauvagine a relié le marais terrestre de Châteauneuf aux marais maritimes.

Deuxième composition par la sauvagine : allier le foncier, l’eau et l’herbe du marais

Dans les années 1980, le marais de Châteauneuf peut présenter une surface inondée de 378 ha. L’activité agricole est essentiellement l’élevage de bovins entre mars et novembre. La chasse au gibier d’eau y est pratiquée avec une gestion privée (Scricke, 1983). Cependant, à cette période, les agriculteurs drainent les terres afin de développer la maïsiculture.

Selon un des gardes de la FDC 35 (Durand, 2011), «Nous avons commencé par acheter cinq hectares sans trop savoir qu’en faire ». Puis d’autres opportunités d’acquisition foncières apparaissent, et peu à peu le patrimoine foncier de la FDC 35 atteint 311 ha en 2015 (entretien Drouyer, 2015). Deux projets concurrents sont élaborés au sein de la FDC35, entre la création d’un étang et la restauration des zones humides qui ont été converties en cultures (entretien Drouyer, 2015). Finalement c’est la restauration des zones humides qui est décidée, accompagnée de l’interdiction de chasser. Avec cette restauration, une alliance est établie avec la profession agricole pour conduire les pâtures qui sont essentielles à la nourriture des canards. C’est une alliance sous la forme d’un prêt à commodat quinquennal, « parce que le système du monde agricole, c’est que quand on met ses terres et qu’on fait un bail avec un agriculteur, c’est qu’on est coincé avec. […] Donc nous on ne veux pas de ça, on veux rester maître chez soi, et donc on a fait des conventions de prêt à commodat, c’est à dire qu’on prête les parcelles, et le deal c’est que du 1er avril au 30 octobre, il entretient, donc il met des bêtes ou il fait du foin, pâturage, fauchage. »

réseau des co-actants cartographié à partir des articles de la presse locale, où sont fléchés les acteurs/actants qui à l’échelle européenne sont liés au programme WATER

Pour mener à bien la restauration du marais, la FDC 35 présente un projet ambitieux au programme WATER [5] qui sera défendu par un lobbyiste lié à ELO [6], une organisation européenne de propriétaires terriens. Selon Anon. (2010a), qui cite André Douard, président de la FDC 35 : « malgré l’accueil plutôt réservé des collectivités territoriales bretonnes et l’absence de soutien du Conseil général, le projet a retenu l’attention des autorités européennes qui ont décidé d’accorder une subvention de 653 000 € abondée pour moitié par les chasseurs ». Il ne s’agit pas, pour ce président, de faire de « l’angélisme conservationniste mais bien de définir un véritable équilibre économique, social et environnemental optimal. »

Le programme subventionnera les travaux qui permettront d’aménager les chemins agricoles dans le marais et ainsi de renforcer l’alliance avec les agriculteurs. L’alliance de la sauvagine avec l’eau passera par la rupture de connexion avec le réseau hydrographique : chenaux et vannages seront aménagés afin de contrôler les niveaux d’eau indépendamment de la gestion du Syndicat des digues et marais et de maintenir en hiver un plan d’eau où barbotent les canards. La consolidation des liens sociaux entre êtres et les choses se fait « tout en interrompant d’éventuelles associations concurrentes » (Callon, 1986).

Jean-François Richeux, le maire de la commune de Saint-Père Marc en Poulet où le marais est en partie installé, voit sa restauration comme une opportunité de développer une activité touristique comme la randonnée pédestre et équestre. André Douard, lui, considère que « les chasseurs avaient été les premiers à s’intéresser au site, ils sont également conscients des dommages que pourraient causer une activité de loisirs mal maîtrisée et incompatible avec les termes mêmes du projet qui est développé aujourd’hui (Anon., 2010b). Les choses sont dites, et ce n’est pas avec les porteurs de projet de tourisme local que ce marais sera composé.

En 2004, le nombre de canards hivernants passe de 500 à 2000, en 2012 il atteint 4500. Les sauvagines ne sont pas que le résultat de cette chaine de traduction, car en tant que futures prises dans l’imaginaire des huttiers [7], elles nous paraissent, par ces attachements [8], avoir mis en mouvement ce réseau alliant des choses et des êtres humains et non-humains (Latour, 2000).

Troisième composition : devenir un gibier parapluie

Avec les canards, d’autres espèces se sont installées dans le marais, et les naturalistes s’y pressent désormais pour faire leurs inventaires. L’un d’entre eux, Matthieu Beaufils (entretien, 2017), ornithologue de Bretagne Vivante, a même suggéré aux chasseurs d’enquêter sur un petit passereau nommé le Phragmite aquatique. Il n’en fallait pas moins pour voir débarquer le bagueur patenté du Museum d’histoire naturelle avec ses filets et de confirmer par ses prises la présence en abondance de cette espèce considérée comme parapluie [9] (Hemery, 2015). Mais si une sauvagine abrite dans le marais qu’elle a composé une espèce que certains experts qualifient de parapluie, ne pourrions nous pas la considérer elle aussi comme espèce parapluie ?

Selon Franck Drouyer (entretien, 2015) « avec la Phragmite aquatique toutes les portes s’ouvrent ». Cet oiseau tombe à pic, car une fois le budget WATER épuisé, le marais recomposé abrite toujours des saules qu’il faut régulièrement couper pour continuer d’accueillir les canards, et la reconnaissance du foisonnement biologique qui s’y produit permet de construire de nouvelles alliances avec les institution chargées de préserver la biodiversité, et de financer cette préservation. C’est notamment l’objet d’un Contrat Nature passé actuellement avec la Région Bretagne pour faire du marais une Réserve naturelle régionale, et venir ainsi conforter l’identité hybride de cette sauvagine, toujours gibier dans le marais maritime, et qui devient espèce parapluie dans le marais de Châteauneuf.

Avec cette diplomatie mise en mouvement par la sauvagine dans sa manière de prendre les chasseurs, un marais continental a été reconnecté aux populations de canards migrateurs, pour ensuite devenir un nœud essentiel de la biodiversité paludicole, ceci tout en rompant certaines associations concurrentes. Chemin faisant, cette sauvagine s’étant hybridée en espèce parapluie, le collectif des huttiers reste-t-il solidaire de la FDC 35 ? Voici ce que rapporte l’un d’entre eux (blog Hutte Virtuelle, 2013) : « salut a tous, observation réserve de chateauneuf aujourd’hui, estimation a l’oreille et à la vue, environ 200 sh [sarcelles d’hiver] 150 siffleurs, 100 à 150 souchets, 100 chipeaux, une cinquentaine de pilets et pareil en colverts… sinon des tadormes, des becassines par paquets de 10, des barges à queues noire, des vanneaux… ah oui et 5 rieuses qui nous passent à 5 metres au dessus de la tête… autant de plaisir à les regarder qu’a les chasser. » Il me reste donc à enquêter sur le mode de prise de cette diplomatie au sein des gabions.

Je remercie Guillaume Ollivier pour ses remarques sur une première version de cette proposition.

notes

[1] gibier d’eau
[2] Office national de la chasse et de la faune sauvage
[3] gibier d’eau
[4] dispositif de chasse nocturne sur le marais maritime depuis un abri submersible auprès d’une mare, inondée par le flot de vive-eau, où se posent les canards trompés par des appelants et des « blettes » en forme de canards disposés par le gabionneur
[5] Wetted-lands : the assessment, technics and economics of restauration, programme mis en œuvre entre structures du Nord de la France et du Sud de l’Angleterre pour obtenir un financement européen INTERREG
[6] European landowners’organisation, dont la revue Country Side est dirigée par Ronan Girard, qui est aussi président de Faune & Développement Durable, la structure qui accompagnera la FDC35 dans la gestion du programme WATER
[7] chasseurs au gabion
[8] « L’attachement désigne à la fois ce qui émeut, ce qui met en mouvement, et l’impossibilité de définir ce faire faire par l’ancien couplage de la détermination et de la liberté. » (Latour, 2000, )
[9] « la gestion menée en sa faveur profitera à tout un cortège d’oiseaux répondant aux mêmes exigences écologiques et aussi aux espèces proies associées » (Hemery, 2015)

Bibliographie

Anon., 2010a. Le marais de Châteauneuf. 7 jours – les petites affiches de Bretagne.
Anon., 2010b. Baie du Mont Saint-Michel : un comité de pilotage est né. Le Pays Malouin. Beaufils, M., Morel, R., 2010. Marais de Châteauneuf : bilan des prospections avifaune nicheuse du printemps 2010.
Callon, M., 1986. Éléments pour une sociologie de la traduction: la domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins-pêcheurs dans la baie de Saint-Brieuc. L’Année sociologique (1940/1948-) 36, 169–208.
Drouyer, F., 2016. Marais de Châteauneuf d’Ille-et-Vilaine : 30 ans de restauration [WWW Document]. « Réparer la nature ? L’exemple des milieux humides ». URL http://www.zoneshumides29.fr
Durand, J., 2011. Les chasseurs ont de la réserve [WWW Document]. Terri(s)toires. URL http://www.terristoires.info/
Hémery, D., 2015. Diagnostic du site marais de Châteauneuf. Déclinaison du plan d’actions en Bretagne en 2012.
Latour, B., 2000. Factures/fractures. De la notion de réseau à celle d’attachement. in André Micoud et Michel Peroni, Ce qui nous relie, editions de l’Aube, La Tour d’Aigues, pp. 189-208
Schricke, V., 1983. Distribution spatio-temporelle des populations d’Anatidés en transit et en hivernage en Baie du Mont-Saint-Michel, en relation avec les activités humaines. Rennes : Université de Rennes I, U.E.R. des Sciences de la vie et de l’environnement.
Stengers, I., 2002. Un engagement pour le possible. Cosmopolitiques, 1, 27-36.
Tamisier, A., 1970. Signification du grégarisme diurne et de l’alimentation nocturne des Sarcelles d’hiver Anas crecca crecca L. La Terre et la Vie, 4, 511-562.