baignage de prairie

Jean-Pierre Broussard est éclusier et éleveur dans le marais du Lot à Cordemais, en rive Nord de l’estuaire de la Loire. il nous emmène voir les effets du baignage des prairies avec la marée de la mi-août 2018

conversations

conversation

“Ce n’est que lorsque nous sommes perdus, en d’autres termes lorsque nous avons perdu le monde que nous commençons à nous trouver, que nous comprenons où nous sommes et l’étendue infinie de nos relations.” (Thoreau, 2017)

C’est par la pratique de la conversation, inspirée de Mme de Staël, que le courant de pensée dans lequel a baigné Thoreau s’est développé. La conversation demande la capacité à écouter, et ainsi suivre le fil de relations qui jusque là nous étaient inconnues. C’est donc un mode de découverte du monde à travers la parole issue de l’expérience des autres. Le réseau créé à travers la conversation est analogue aux réseaux que nous explorons en écologie, ce qui circule dans ce réseau sont les actions et passions et de nos interlocuteurs.

Thoreau, H. D., 2017. Walden ou la vie dans les bois. Editions Gallimard.

 

 

2018 04 06  : c’est sur l’île de Lavau que nous avons croisé ce troupeau de jeunes bovins tout juste sortis de la bétaillère et accompagnés de leur vacher en conversation avec ses collègues un peu plus loin sur l’île. Ceux-ci étaient arrivés un peu plus tôt à trois, un éleveur, son employé, et un marchand de bestiaux qui a prêté son véhicule pour l’occasion, accompagnés de quatre vaches. Ils recherchaient deux jeunes ayant passé l’hiver dans l’île et tentaient de les récupérer (“il y a des points hauts où ils se réfugient quand l’eau monte”). Comme je suis prudent, j’avais exploré  à la jumelle les prairies que nous allions traverser et avait effectivement remarqué deux animaux assez éloignés, en tout cas suffisamment pour ne pas poser de problème. Je leur ai donc indiqué où les trouver et au bout d’une heure les jeunes prenaient le chemin de la bétaillère. Dans la première conversation sur le chaland, le batelier évoque une technique pour ramener les bêtes en leur mettant du foin dans un enclos afin de les piéger. Ici il se pourrait que les vaches furent choisies en fonction des leurs qualité d’émettrices des bonnes molécules maternelles capable de mener les veaux au bercail.  C’est une question à poser lorsque nous retrouverons les éleveurs.

bétaillère avec barrière latérale sur rail afin de faciliter les transferts de bêtes

Transit des hommes, des bêtes et des machines

Le bruit du troupeau nous le signale, nous sommes sur un chemin agricole lourdement empierré, tandis qu’un peu plus loin, nous distinguons, à travers la forme triangulaire du fossé, le passage de la pelle qui est venue ramasser des sédiments pour les déposer sur le chemin, ce qui là-bas atténue le volume sonore du piétinement bovin. Cette composition du marais à l’aide de tractopelles, de bennes chargées de pierres, permet d’y définir une digue, espace de transit pour les bêtes et les hommes, dégagé de la contraintes des eaux et des sols détrempés qui alourdissent chacun de vos pieds quand ils ne vous les retiennent pas totalement.

Transit de graines

C’est un éleveur de l’île Chevalier qui nous disait que les vaches transportent dans leur tube digestif les graines qui vont constituer la prairie qui s’installe une fois que la roselière a été coupée, broyée ou pâturée (avec les liserons qui s’y trouvent). La Puccinellie maritime que l’on trouve sur l’île ne pousse pas ailleurs que sur ces prés régulièrement couverts par la marée (entre les hautes eaux de moyenne marée et les hautes eaux de vives-eaux), cependant il est possible que lors des transits depuis les prairies ou stabulations d’hiver, des graines de graminées continentales transitent elles-aussi par voie intestinale ; nous devrons demander aux botanistes ce qu’ils en pensent, mais il nous semble que les  submersions régulières d’eau estuarienne constituent un vecteur de dispersion et de contrôle des propagules plus déterminantes.

On entend une alouette, oiseau à bec fin, ce qui peut nous rassurer sur la qualité trophique de ce milieu, c’est à dire que dans ces prairies subsiste une population d’invertébrés (insectes, arachnides, mollusques, crustacés) ce qui n’est malheureusement plus le cas de beaucoup de prairies aujourd’hui [http://vigienature.mnhn.fr/page/alouette-des-champs].

Sur les prés de côte et les îles de la rive droite de l’estuaire de la Loire, les mares recueillent les eaux lors des hautes marées de vives eaux : s’y abreuvent les vaches, patiemment, et celle-ci semble avoir gardé la mesure du risque, à l’instar de ses lointains ancêtres qui, dans une telle situation, étaient à la merci d’un éventuel prédateur. Selon Gilbert Rialland, (2018 07 30) ancien éleveur, ces mares sont régulièrement reprofilées, pas trop plates pour ne pas que les vaches y restent et y défèquent, et pas trop profondes pour qu’elles n’aient pas trop de difficultés à y pénétrer.

Gibert Rialland, ancien éleveur, nous fait découvrir l’estive sur l’île de Lavau, sur la rive nord de l’estuaire de la Loire (2018 07 30). C’est son père qui a fait construire la première passerelle métallique de La Goupillais par une entreprise de Guérande, à la place de la toue qui était employée auparavant pour franchir la canche (chenal de marée) qui sépare l’île du rivage. Une première rénovation avait été l’occasion de bétonner cette passerelle qui a été récemment rebâtie : les propriétaires fonciers de l’île ont acheté en commun les matériaux et une “corvée ” a été organisée entre les éleveurs qui exploitent l’estive pour réaliser le chantier de construction.

Des chenaux de marée sont formés par l’eau de l’estuaire qui recouvre l’île régulièrement, et pour faciliter leur ressuyage, les éleveurs ont aménagés des canaux. Ce ressuyage rapide est recherché afin d’éviter l’installation de la “rouche”, le Scirpe marin qui n’est pas consommé par le bétail, et se plait bien dans les secteurs les plus longuement mouillés.

modestes communs

La gestion et la régulation des niveaux d’eau dans le bassin du Brivet n’est apparue qu’à la fin du XVIIIème avec les premiers vannages, avant cela la marée circulait librement au sein de ces marais qui présentaient un gradient de salinisation décroissant du Sud vers le Nord. Au secteur oriental a été institué le Syndicat des marais de Donges avec l’objet de travaux d’assèchement et la réalisation de voies navigables, tandis que le secteur occidental où fut institué la Commission Syndicale de Grande Brière Mottière restait un espace consacré aux activités traditionnelles de chasse, de pêche et d’exploitation de la tourbe et des roseaux. Ces institutions étaient supportées par les propriétaires des marais, puis la création de syndicats mixtes a introduit les collectivités locales dans ces institutions de gestion afin de soutenir les coûts désormais trop lourds pour les propriétaires.

Un règlement d’eau a été élaboré par la Commission Syndicale de Grande Brière Mottière en 1977, ce règlement n’existe pas encore à l’échelle du bassin du Brivet tout entier, cependant des cotes propres à chaque sous-unité hydrographique y sont tenues en fonction des saisons.

Avec l’introduction des collectivités dans la gestion, se produit un glissement progressif de la composition de ces institutions et de leur équipement technologique. Les syndics, représentant les propriétaires ont été progressivement remplacés par des délégués communaux puis intercommunaux. Les éclusiers, manœuvrant physiquement les ouvrages, ont été progressivement équipés d’alliés techniques motorisés, puis de capteurs, et enfin de dispositifs de gestion à distance. L’éloignement progressif du terrain tend à déplacer la mémoire des humains vers leurs alliés techniques, avec le risque d’un appauvrissement de la gamme d’expérience issue de la pratique de ces milieux soumis aux condition météorologiques, aux débits de la Loire, et aux fluctuations de la marée.

Avec le changement progressif de la composition des institutions de gestion, se produit aussi un déplacement d’échelle des forums de négociations sur les niveaux et la qualité plus ou moins salée de l’eau introduite dans le bassin. Cependant, le défi du maintien d’une activité humaine dans le marais a été relevé par la profession agricole qui, soutenue par les mesures agri-environnementales, a redéployé son activité pastorale sur le marais dans les années 1990. Il existe donc une nouvelle génération d’agriculteurs qui n’ont pas forcément recueilli l’expérience de leurs ainés, du fait d’un gap générationnel de la période 70-80 où l’activité agricole a connu une récession. Cependant, quelques anciens restent aujourd’hui des relais de mémoire vivants de l’évolution de ces milieux, des perturbations parfois chaotiques qui induisent leurs caractéristiques, et des pratiques de gestion de l’eau à l’échelle des prairies.

En contiguïté de ces prairies, les saulaies abritent des huttes de chasse, et les chenaux sont exploités par les pêcheurs. Pour franchir les chenaux, des ouvrages légers sont aménagés et entretenus. Nous faisons l’hypothèse qu’il existe des modalités de coordination pour l’installation et l’entretien de ces aménagements légers qu’il est intéressant d’enquêter.

Notre proposition concerne donc à la fois le recueil de l’expérience de ces hommes au sein des institutions Syndicales qui ont précédé ces changements d’échelle, comme le recueil de leurs pratiques de gestion des ouvrages et chenaux du réseau hydrographique qualifié de tertiaire.

Ce recueil peut nourrir deux objectifs. En premier lieu, il est susceptible de générer la constitution de groupes d’échanges localisés aux échelles fonctionnelles des sous-unités des marais indépendantes des unités administratives communales. L’hypothèse que nous formulons avec cette proposition, est que l’institution d’un dispositif intergénérationnel de collecte de ces savoirs vernaculaires peut préfigurer un dispositif permanent, complémentaire du Syndicat en place, ayant comme vocation la transmission de cette expérience du marais. La considération, à travers cette recherche, pour le savoir accumulé par les gens de terrain, alimentera la réflexion que le Syndicat souhaite mener pour établir son règlement d’eau.

Afin de fonder cette démarche sur une approche relationnelle, nous faisons le pari que les « corvées », pratiques d’entraide encore en usage chez les éleveurs pour effectuer de gros travaux comme par exemple la construction des  « gravières », gués permettant au bétail et aux engins de franchir les chenaux, peuvent constituer le noyau d’agrégation de ces assemblées locales. Cette approche horizontale par le réseau socio-technique a pour finalité d’éviter l’écueil d’une segmentation surplombante basée sur des catégories naturalistes. Elle semble pertinente dans les espaces où les conditions du milieu ne permettent pas le déploiement de lourdes alliances techniques et nécessitent un recours accrus aux solidarités humaines (accès uniquement à pied ou en barque).

Un deuxième objectif réside dans la reconnaissance des « communs ». Il existe localement de forts antagonismes chez certains chasseurs vis-à-vis des dates d’ennoiement du marais calées sur la date d’ouverture de la chasse. Celle-ci a été reculée pour être conforme aux directives européennes, et suscite une frustration.

En mettant en lumière les pratiques vertueuses en matière de travaux et forums associant pêcheurs, chasseurs et agriculteurs, nous avons l’intention de renforcer la considération pour ces « communs », qui peuvent paraître modestes, mais sont néanmoins significatifs. Et par cette mise en lumière, de produire un effet retour positif quand à l’estime de soi des acteurs impliqués dans ces processus de co-gestion, et les rendre contagieux.

 

 

transhumance à Mareil

Transhumance à Mareil chez Guillaume Douaud, le 8 avril 2017, compte rendu d’Éric Collias

Nous sommes arrivés bon derniers, à 8h15, ce samedi 8 avril, pour nous garer dans la prairie qui avait été transformée pour l’occasion en parking de la ferme de Mareil. Nous avons suivi les conseils de la personne qui était préposée au placement des voitures pour nous garer, puis nous avons chaussé nos chaussures de rando, pris nos sacs, nos bâtons, et nous sommes rendus dans la cour à l’entrée de laquelle une femme tenait la liste des inscrits et notait les arrivants. Il était proposé de laisser notre mail si nous voulions être informés des dates de ventes de viande à la ferme. Une fois dans la cour, environs 250 personnes étaient déjà là à boire le café qui avait été préparé et offert avec des tranches de cakes, sur des tables disposées sous un barnum le long du bâtiment Est de la ferme. Quelques bancs et des bottes de foins réparties ça et là dans la cour permettaient de s’assoir. Sous le barnum il y avait des panneaux présentant l’association ACROLA et les oiseaux qui sont bagués sur l’île à l’occasion des camps de bagage qu’elle organise. Mais aucun des membres de l’association prévus au programme pour une présentation de leurs activités n’a pu être présent.

ACROLA_1

Continuer la lecture de « transhumance à Mareil »

lieux communs

dendrogramme_1

Un premier aperçu des mondes lexicaux en présence est réalisé avec Iramuteq, outil d’exploration lexicale, qui a effectué une classification descendante hiérarchiques des termes selon leur proximité lexicale (mesure de co-occurences sur des segments de 40 unités lexicales), à partir des entretiens avec Franck Drouyer, technicien de la FDC 35, et Charles Bourdais, président du syndicat des digues et marais de Dol.

Cette approche permet une synthèse du contenu attrayante, mais ne résume pas le sens des propos des interlocuteurs que nous comptons explorer par des méthodes d’analyse sémantique. Cependant, il permet , selon Max Reiner (1999), le créateur de cette méthode, une approche des mondes sociaux en présence :

“En résumé, dans notre modèle, on ne cherche plus à représenter la forme logique d’une représentation sous-jacente à un ensemble de propositions, mais à “cartographier” les principaux topoï ou “lieux communs” sur lesquels ce monde du discours se construit simultanément avec celui de ses énonciateurs.”

AFC2DL

Reinert Max, 1999. Quelques interrogations à propos de l’ “objet” d’une analyse de discours de type statistique et de la réponse “Alceste”. Langage et société, 90, pp. 57-70.

 

gestion du niveau d’eau à Châteauneuf

Charles Bourdais (2017 01 26), président du Syndicat des digues et marais de Dol.
“On a demandé à la fédération de chasse de mettre une vanne puisqu’ils voulaient avoir une certaine hauteur d’eau. il y a eu une convention de passée avec eux, on a pris le seuil de leur vanne, on leur a dit vous ne dépassez pas 2,40m, parce qu’après vous pourriez inonder des terrains qui ne vous appartiennent pas. Alors donc on maintient cette règle là, et quand je les met en eau, à partir du Meuleuc, qui est assez loin, je ferme le Meuleuc, et je leur envoie chez eux quoi. Je leur envoie de l’eau, ça passe par les grands étangs qui sont faits pour recevoir des oiseaux migrateurs, et à partir de là, quand ils sont atteints, je fait l’inverse, j’envoie les eaux par une dérivation, qui vont directement dans le Canal Allemand, sans passer par chez eux. Mais ils ont suffisamment de bassin versant eux, avec des petits canaux de moyenne importance, qui alimente, qui maintient leur niveau d’eau. Il y a la Brizardière et la Levée. Cet été on a eu de la misère à mettre le niveau. C’est la Fédération de chasse qui a fait l’aménagement. Avant ça noyait, mais tout le monde savait que ça allait noyer quoi. On a des zones dans le marais de Dol où toutes les études ont démontrées qu’on ne pourra jamais empêcher des superficies d’inondation. Il y aura toujours un petit peu de terrain noyé, mais cette année il n’y en a pas eu : octobre décembre, janvier, on est au sec partout.”

acquérir des parcelles

Exposé de Franck Drouyer, technicien de la FDC35 (février 2016, extrait)

“Entre 1950 et 1970 le marais était inondé jusqu’à 10 mois par an et jusqu’à -12 mois par an sur certaines parcelles, entre autre sur le marais de Roz-Landrieu, et depuis 1970 est apparu la mécanisation et une politique d’assèchement de la part des propriétaires qui étaient souvent exploitants agricoles, en 1979 il y a eu la mise en place des pompes de la Fresnaye, un système qui permet de réguler l’eau avec la mer. À partir de 1980, les trois zones qui restent inondables sont le marais de Châteauneuf d’Ille et Vilaine, le marais de Roz Landrieux sur une petite superficie et le marais de Sougeal aussi mais qui sont inondables artificiellement.
En 1983, première acquisition d’une parcelle de prairie humide de 5 ha par des chasseurs locaux au travers de l’Association des Chasseurs de Gibier d’Eau d’Ille-et-Vilaine (A.C.G.E.I.V.)
Les réserves de chasse sont un grand gestionnaire, et beaucoup de zones humides ont été conservées grâce à la pratique de la chasse, donc là nous notre cas c’est grâce à la pratique de la chasse qu’on va pouvoir conserver et réhabiliter le marais de Châteauneuf d’Ille-et-Vilaine.
Donc les chasseurs eux c’est vrai qu’en 1983 on a vu la mécanisation qui est arrivée, ben plus de prairies humides tout simplement, les oies cendrées y’en a plus, donc ils avaient l’habitude de manger les oies cendrées avec des choux-fleurs, aujourd’hui les oies cendrées elle ne mangent pas de choux fleurs donc il n’y a plus d’oies cendrées.
Et en 1988, ces chasseurs de gibier d’eau ont sollicité la Fédération des Chasseurs pour dire attention on a vraiment un problème, aujourd’hui en baie du Mont-Saint-Michel on a toujours pensé, on pense toujours que les oiseaux passent la journée à l’intérieur de la baie du Mont-Saint-Michel et viennent se nourrir le soir au gagnage dans les marais intérieurs. Donc ça a toujours été ce qu’on a pensé, donc on s’est dit pour avoir des oiseaux, comme il n’y a plus de zone humide il faut qu’on en recrée. Donc on a eu un propriétaire d’une cinquantaine d’ha qui est venu nous trouver en nous disant “ben moi ça m’intéresse bien votre discours, je veux bien vous vendre mon terrain. Donc ben pas de problème, on a fait un deal, hein, vous allez voir que je vais beaucoup vous parler de deal, on est pas des dealers, on est des chasseurs mais, on a vraiment dealé, dealé, dealé, dans dans ces styles d’opérations. Donc le deal qu’on a fait avec lui, où il avait 67-68 ans, c’est de dire voilà les 50 ha ben nous on te les achète [en viager] puis tu finis ta carrière professionnelle, normalement ça devrait être assez rapide, trois ou quatre vaches, deux chevaux, et on va régler ça rapidement. Mais malheureusement, et tant mieux pour lui la personne est décédée il y a trois ans, donc vous voyez, il a été presque centenaire. Donc on a acquis ces parcelles et le conseil d’administration de la Fédération des Chasseurs était très euh en disant nous on veux créer une zone d’hivernage, c’est vraiment notre problématique première, pour alimenter les oiseaux en baie du Mont-Saint-Michel. Donc on a pris tout le secteur, regardé les courbes de niveau, et donc on a défini trois zones  : une zone qu’on a appelé prioritaire, une zone secondaire au niveau des acquisitions, et une zone dite de confort. Donc aujourd’hui on est propriétaire de 88% de la zone prioritaire, 61 % de la zone secondaire, et 33% de la zone de confort. Donc voilà, vous avez en rouge [sur la carte] la première zone, achetée à notre propriétaire en viager là. Et donc je vais dérouler donc 72 ha et après on est passé à 168, 178, 275, donc là on est arrivé dans les années 2008, 289 de 2010 à 2014 et 310 aujourd’hui. Alors nous il faut savoir qu’on a pas de zone de préemption, on ne peux pas dire on récupère tout on ne bouge pas, il faut aller les gagner, donc là je ne peux pas vous faire un graphique du nombre de cafés qu’on a pu boire ou d’apéros hein parce que, c’est complètement ça il faut y aller tous les jours aller hop on va voir un propriétaire, il faux lui expliquer, pourquoi il veux nous vendre donc là il faux vraiment ce qu’on appelle dealer, là on deale vraiment avec les gens et aujourd’hui on est fier de dire qu’en trente ans, alors ça ne s’est pas fait du jour au lendemain, 310 ha d’acquisition, nous on en est fier. Alors l’avantage, c’est que j’ai un de mes collègues qui avait commencé, donc il avait une génération de personnes en face lui, et moi je repasse et j’ai la deuxième génération. Donc ça aide aussi hein.”

la panne

Construite sans fondations jusqu’au socle, l’écluse de Lavau Pierre-Rouge s’est progressivement dégradée au point de risquer de ne plus pouvoir fonctionner, aussi le syndicat du bassin versant du Brivet (SBVB) a-t-il décidé en octobre 2016 de la laisser ouverte.

armoire_écluse_Lavau

échelle_écluse_Lavau

Alors que cette écluse restait fermée au flot de la marée, elle laisse désormais passer ce flot avec les sédiments qui peu à peu s’accumulent dans le bief situé entre cette écluse et celle de la Taillée, au risque de voir cette dernière dysfonctionner à son tour, et que les sédiments vaseux s’accumulant ne permettent plus de réguler les sorties d’eau nécessaires à cet endroit.

20170408_vase_la_Taillée
l’étier de Lavau vu depuis l’écluse de la Taillée (8 avril 2017)

« Le problème de la panne est assez intéressant à cet égard et mériterait qu’on s’y attarde :  la panne renvoie précisément à la définition que nous avons donnée de l’objet technique puisqu’elle ne peut se comprendre qu’« en acte », comme rupture de ce rapport constitué par l’objet technique entre un dispositif matériel et un usage. Toute panne est donc une épreuve de la solidité de l’assemblage « socio-technique » matérialisé par l’objet technique, la rapidité avec la recherche des causes aboutit à un consensus donnant une mesure de cette solidité “(Akrich, 2010).

La dégradation en cours génère une situation critique qui mobilise les acteurs, leurs ressources, accélère la circulation des êtres humains et non-humains en tant que réseau-acteur, et offre donc une occasion privilégiée de suivre ces mouvements et les différents détours empruntés afin de stabiliser à nouveau les êtres et les choses.

Par ailleurs, l’ouvrage n’est pas cadastré, ni le sol où il est installé, ce qui complique la prise de décision quand à son devenir : doit-on le réparer, et dans ce cas qui prend en charge cette réparation ? Doit-on le démanteler, et dans ce cas quelles seront les conséquences dans la dynamique hydro-sédimentaire du bief et des îles contigües, avec quels impacts pour la circulation et la pâture des troupeaux à l’estive sur ces îles ?

citerne_Lavau_20170526_BD
citerne installée à l’écluse de Lavau pour l’abreuvement du bétail en conséquence de l’ouverture permanente du bief qui restreint les possibilités d’abreuvement du bétail sur le bief désormais trop chargé en sel
bateau_dévaseur_20170526_BD
un bateau dévaseur a été prêté par le syndicat voisin, cependant le test a été rapidement interrompu après que le bateau ai sombré…
dévasage_Taillée_20170526_BD
effets du dévasage réalisé à l’écluse de la Taillée à l’occasion des vives eaux de mai 2017
écluse_Lavau_flotHMVE_20170526_BD
à Lavau, l’expérience de l’ancien éclusier qui abaissait la vanne pour augmenter la pression du flot et faciliter la remise en suspension de la vase a été rappelée à l’éclusier actuel, par un agriculteur, lors d’une réunion de terrain : la voici mise en pratique

bouillon du flot de pleine mer de vives eaux arrivant dans le chenal avec l’abaissement de la vanne de Lavau le 26 mai 2017

Akrich, M. (2010). Comment décrire les objets techniques ? Techniques & Culture. Revue semestrielle d’anthropologie des techniques, (54-55), 205-219.

niveler la marée et le marais

le repère de nivellement de l’IGN situé sur la façade de la Maison du port de Lavau indique 4m13

“Le repère O.S.P3 – 22 avait pour altitude NGF-Lallemand (orthométrique) la valeur 4,136 m en 1916. Ceci est confirmé par nos registres anciens de nivellement.

Ce repère n’a plus été observé entre 1916 et 2003.
En 2004, suite au nivellement effectué en 2003, l’IGN a publié une altitude NGF-IGN69 (normale) de 4.403 m.
Un autre nivellement est intervenu en 2010, ayant fourni l’altitude actuellement publiée sur la fiche signalétique [4,404 m].” (mail du service de géodésie de l’IGN 2019/01/08)

croquis de positionnement du clou coté par le géomètre missionné en novembre 1986 pour permettre le calage des échelles de marée à l’écluse Pierre-Rouge
échelle de niveau de la marée à l’écluse de Pierre-rouge calée aujourd’hui (2017) en IGN 69
marque de l’inondation de Xynthia (28/02/2010) dans la maison du port de Lavau, à 0,20 m du sol, cote 4,03 (IGN 69)
maison du port de Lavau avec le repère de nivellement sur le mur, la crue de Xynthia est montée à 0,40 m sous le repère de nivellement
sonde positionnée sur l’écluse Pierre-Rouge côté canal, permettant une mesure à distance du niveau d’eau par le cable qui la connecte à un réseau de transmission

collectif latourien

“Si nous employons le mot collectif* au singulier, ce n’est donc pas pour signaler le même genre d’unité que celle impliquée par l’expression de nature, et encore moins pour désigner une utopique « réconciliation de l’homme et de la nature ». « La » nature, nous le savons bien, n’était justement jamais stable, mais toujours en train de servir de pendant à l’irrémédiable éclatement du monde social et humain. Or dans le mot collectif, c’est justement le travail pour collecter en un tout que nous voulons souligner. Le mot a l’avantage de rappeler ce que le service des égouts désigne par le réseau des petits, moyens et grands « collecteurs » qui permettent d’évacuer les eaux usées ainsi que d’absorber les pluies qui tombent sur une grande ville. Cette métaphore de la cloaca maxima nous convient parfaitement, ainsi que tout l’appareillage d’adduction, de dimensionnement, de station d’épuration, de regards et de trous d’homme nécessaire à son entretien. Plus nous associons de matérialités, d’institutions, de techniques, de savoir-faire, de procédures et de lenteurs au mot de collectif, meilleur en sera l’emploi : le dur labeur nécessaire à la composition progressive et publique de l’unité future en sera plus visible.

Par le mot collectif au singulier, nous entendons par conséquent, non pas la solution au problème du nombre de collectifs […], mais seulement la remise en branle d’un problème de composition progressive du monde commun que la division en deux chambres de l’ancienne Constitution ne permettait même pas de commencer à poser, puisque la nature, prématurément unifiée, avait résolu le problème une fois pour toutes. Nous ne savons pas du tout s’il existe un seul collectif, trois, plusieurs, soixante-cinq ou une infinité. Nous n’utilisons le mot que pour marquer une philosophie politique dans laquelle il n’y a plus deux attracteurs, l’un qui ferait l’unité sous la forme de la nature et l’autre qui garderait la multiplicité sous la forme des sociétés. Le collectif signifie : tout mais pas deux séparés. […]

Alors que l’opposition sujet/objet avait pour stratégie d’interdire tout échange de propriétés, le couple humain-non-humain rend cet échange, non seulement souhaitable, mais nécessaire. C’est lui qui va permettre de remplir le collectif d’êtres dotés de volonté, de liberté, de parole et d’existence réelles.

1-Puisque la composition du monde commun, si elle n’est plus donnée d’emblée, doit faire l’objet d’une discussion, le seul moyen de reconnaître au collectif une matière première qui puisse intéresser la vie publique, c’est de le définir comme une assemblée d’êtres capables de parler.[…]

Il existe en politique un terme bien commode lorsqu’on veut désigner toute la gamme des intermédiaires entre quelqu’un qui parle et un autre qui parle à sa place, entre le doute et l’incertitude : porte-parole*. Celui qui parle au nom des autres ne parle pas en son nom. Si l’on affirmait à l’inverse que les autres parlent à travers lui, sans autre forme de procès, on ferait preuve d’une grande naïveté, naïveté que certains mythes épistémologiques manifestent mais que les traditions politiques interdisent. Pour décrire les états intermédiaires, on utilise plutôt les notions de traduction, de trahison, de falsification, d’invention, de synthèse, de transposition. Bref, par la notion de porte-parole, on désigne, non pas la transparence de cette parole, mais la gamme entière allant du doute complet (le porte-parole parle en son nom propre et non pas au nom de ses mandants) à la confiance totale : quand il parle, ce sont bien les mandants qui parlent par le truchement de sa bouche. […]

Nous dirons donc que les blouses blanches ont inventé des appareils de phonation qui permettent aux non-humains de participer aux discussions des humains lorsqu’ils deviennent perplexes à propos de la participation des entités nouvelles à la vie collective.[…]

2-Supposez maintenant que l’on vienne vous trouver avec une association d’humains et de non-humains, dont personne ne sait encore quelle est l’exacte composition, mais dont une série d’épreuves permettent de dire qu’ils agissent, c’est-à-dire, tout simplement, qu’ils modifient d’autres acteurs par une suite de transformations élémentaires dont on peut dresser une liste grâce à un protocole d’expériences. Telle est la définition minimale, laïque, non polémique de ce qui agit. […]

3-Pour le dire de façon vulgaire, les acteurs humains et non-humains apparaissent d’abord comme des gêneurs. C’est par la notion de récalcitrance qu’il convient surtout de définir leur action. Croire que les non-humains se définissent par la stricte obéissance aux lois de la causalité, c’est n’avoir jamais suivi le lent montage d’une expérience au laboratoire. Croire à l’inverse que les humains se définissent d’emblée par la liberté, c’est n’avoir jamais mesuré la facilité avec laquelle ils se taisent et obéissent, la connivence qu’ils ont pour ce rôle d’objet auquel on veut si souvent les réduire. […]

4-Nous avons besoin d’un dernier accessoire pour équiper les membres de ce collectif nouvellement convoqué. Il faut que les propositions articulées aient des habitudes* plutôt que des essences*. Si le collectif, en effet, se voyait envahi par des essences à bords fixes et indiscutables – causalités naturelles aussi bien qu’intérêts humains –, aucune négociation ne pourrait aboutir puisqu’on ne pourrait rien attendre des propositions sinon qu’elles insistent jusqu’à l’épuisement de l’adversaire. Tout change si les propositions se présentent comme ayant contracté des habitudes qui pèsent certes avec le même poids que les essences mais qui, contrairement à celles-ci, peuvent être révisées en cours de procédure si le jeu en vaut vraiment la chandelle. […]”

Bruno Latour (2004)

“Pour Latour le collectif est le produit d’une action littérale de collecte, au moyen de laquelle divers types de forces et d’êtres sont associés.

C’est donc un processus et même un projet indissociable de la théorie de l’acteur-réseau dont il constitue l’un des principaux outils et qui consiste je le rappelle à assembler des entités hétérogènes et non-encore réunies ensemble pour éprouver la pertinence de leur assemblage.

L’entreprise est la plupart du temps présentée comme expérimentale, et elle vise à raccorder des multiplicités d’associations d’humains et de non-humains qui ne sont plus divisés à priori par le grand partage entre le domaine de la nature et celui de la société.

Le collectif latourien désigne donc un processus, un processus qui est à la fois épistémique, métaphysique et politique, de composition progressive d’un monde commun qui fait fi des deux attracteurs habituels de la modernité : la nature et de la société.

Comme il l’écrit dans Politiques de la Nature : « le collectif signifie : tout mais pas deux séparés ».

Autrement dit il n’y a pas de spécification initiale quand aux êtres qui intègrent le collectif et quand aux relations qui les unissent. De fait le collectif est ce qui justifie le travail d’investigation parce que sa nature et sa composition, dans la perspective de Latour, ne sont jamais connues d’avance.

On n’est capable d’avérer l’existence du collectif que lorsque l’on a mis en place le protocole d’expériences permettant de dire que les actants dont il est composé modifient d’autres actants par une suite de transformations élémentaires dont on peut dresser une liste grâce à un protocole d’expériences.

À première vue, le collectif latourien n’est donc pas un objet substantif, ou même un principe de composition.

C’est un procédé visant à reproduire dans une analyse le mouvement même de recrutement de l’ensemble d’humains et de non-humains que l’analyste s’est donné pour objet d’étude et que le citoyen s’est donné pour matière à expérimentation, un ensemble qui, si tout va bien, pourrait devenir une nouvelle forme d’existence politique, c’est à dire s’élargir à d’autres actants, humains et de non-humains.”

Philippe Descola (2017)

 

Latour, B. (2004). 2. Comment réunir le collectif. Dans : , B. Latour, Politiques de la nature: Comment faire entrer les sciences en démocratie (pp. 87-133). Paris: La Découverte. https://www.cairn.info/politiques-de-la-nature–9782707142191.htm

Descola, 2017 : https://www.franceculture.fr/emissions/les-cours-du-college-de-france/les-usages-de-la-terre-cosmopolitiques-de-la-1