low-tech révolutionnaire et révolution (?) high-tech

Jean-Pierre Broussard, président du Syndicat des marais estuariens de Cordemais, nous a mené dans le marais du Lot afin de nous permettre de faire des mesures de salinité avec un appareil emprunté aux hydrogéologues de l’Université de Rennes 1.

Selon le glossaire du Conservatoire botanique de Brest, la salinité se catégorise avec une échelle à 5 niveaux :
Eau douce : < 0,5 (très peu salé) – Oligohaline : de 0,5 à 5-6 (peu salé) – Mésohaline : de 5-6 à 18-20 (moyennement salé) – Polyhaline : de 18-20 à 30 (fortement salé) – Euhaline : > 30 (totalement salé) – Salinité de l’eau de mer : 35 – (unité utilisée : psu [unité pratique de salinité] = g/L)

Nous sommes le vendredi 30 août 2019, la pleine mer est à 17:38 à Saint-Nazaire, et donc une demi-heure plus tard à Cordemais, pour un coefficient de 104. Jean-Pierre et l’éclusier du Syndicat, Gilbert, viennent d’ouvrir la vanne qui contrôle l’étier du port afin de tenir le niveau d’eau du marais du Lot. Cette fois pas de baignage, le marais a déjà été “blanchi” avec les marées du milieu de la semaine.

le marais du Lot alimenté par l’Étier du Port contrôlé par la vanne de Cordemais (1), source Geoportail

La première mesure (1) à la pleine mer à Cordemais vers 18:00 donne une salinité de 5,1 g/l, la cote de marée vient d’atteindre 3,20 (coef 104, débit de 100,4 m3/s à Montjean) et redescend peu à peu. Ce niveau de salinité est équivalent à celui pris dans les mêmes conditions le 2 août (coef 103, débit 105,5 m3/s à Montjean à 18:00). Nous allons ensuite au Landas, au nord du marais, ou une mesure (2) dans la douve qui longe la prairie depuis l’étier du port provoque la surprise de Jean-Pierre : le niveau ici est à 7,7 g/l. C’est la première fois que Jean-Pierre amène un appareil de mesure de salinité dans son marais. Puis nous faisons la mesure dans la mare centrale (3) de la prairie qui alimente les rigoles entretenues pour le baignage. La surprise de Jean-Pierre est alors totale, le niveau de salinité est de 7,5 g/l ! Cependant les vaches du marais continuent à consommer cette eau sans problème, elle se sont adaptées.

le clapet qui contrôle la distribution de l’eau depuis la mare centrale de la prairie du Landas (3) vers les rigoles qui y maintiennent l’humidité est un gros bouchon constitué d’un seau inséré dans une tube de ø 0,20m

La surprise passée, nous constatons que la présence de rouche (Scirpe marin) et de Jonc de Gérard dans la prairie est caractéristique des conditions saumâtres auxquelles Jean-Pierre est déjà habitué sur l’île Pipy plus en aval dans l’estuaire.

Nous nous rendons ensuite au sud du marais dans le pré de la Chevallerais (4) où nous mesurons la salinité dans la mare latérale qui alimente la rigole de la prairie depuis une douve connectée à l’étier du Port, et obtenons le taux de 7,8 g/l.

mare du marais de la Chevallerais (4) : ici, pas de tuyauterie, c’est avec un godet de terre que Jean-Pierre a fermé la rigole une fois remplie avec la marée en milieu de semaine
rigole du pré de la Chevalerais qui a été alimentée avec les première marées de coef 60 à 89 entre le mardi 27 et le jeudi 29 août, la prairie est totalement verte

La technique de Jean-Pierre est révolutionnaire, il cultive de l’herbe avec l’eau de l’estuaire, une rigoleuse (un rotavator installé sur le tracteur pour entretenir les rigoles), des tuyaux de ø 0,20 bouchés avec des seaux, un godet pour pelleter la terre, et cette herbe nourrit des vaches charolaises et leurs jeunes qui paraissent tous en pleine forme. Pas besoin de les “finir à l’auge”, c’est à dire de leur donner des compléments en céréales, l’herbe cultivée de cette manière est suffisante pour les nourrir sur le pré et produire une réserve de foin pour l’hiver. Sa stratégie “tout à l’herbe” nécessite de ne par charger au delà d’une bête à l’hectare, et de ne pas avoir à gérer des cultures pour prendre le temps d’entretenir son marais. Ce qui semblerait avoir révolutionné la compréhension qu’il a de son marais est ce dispositif technique portable assez sophistiqué qui, à l’aide d’une sonde immergée dans l’eau, en mesure instantanément un taux de salinité. Était-ce nécessaire d’apporter cet instrument dans le marais ? Du point de vue de Jean-Pierre et de l’alliance qu’il constitue avec les vannes, les rigoles, l’herbe et les vaches, c’était sans doute pas très utile, il n’en a en tout cas jamais eu besoin. L’expérience qu’il a de ce collectif lui permet de savoir quand il y a quelque chose qui cloche, comme par exemple, une “merde moulée”, ou “un poil qui pique” c’est à dire qu’au regard des bouses et au contact de la peau de la vache il sait dire qu’elle est dans de bonnes conditions d’alimentation en eau et en herbe, et que les seuils de salinité inacceptables ne sont pas encore atteints.

Jean-Pierre Broussard et les charolais du marais du Lot, nourris à l’herbe nourrie aux marées estivales (2019/09/19)

Cependant, il était curieux de connaître les taux de salinité dans ces différents endroits, et est étonné que la mesure donnée par cet appareil qui, tout en lui paraissant élevée, reste cependant dans la gamme de ce qui est acceptable pour la vie de ce marais. La révolution high-tech qui a produit l’outil capable de faire une mesure directe des catégories de salinité lui permet ainsi d’évoquer le processus en cours et de plaisanter sur de possibles futurs. “On pourrait faire un marais salant”, me dit Jean-Pierre, car le principe employé dans les salines pour recueillir le sel est semblable : au fur et à mesure, au cours de l’été, l’eau stockée dans les diverticules du marais se concentre en sel à cause de l’évaporation. D’ailleurs, avant l’installation de la vanne à la centrale de Cordemais et de cette du Tertre un peu plus en amont, les fluctuations d’eau dans l’étier, à chaque marée, étaient gérées directement à la parcelle, où chacun devait contrôler son clapet, un peu comme le font encore les paludiers dans les salines.

Jean-Pierre n’en revient toujours pas et vérifie encore le taux de salinité de la rigole à 7,7 g/l, qui fut remplie avec les premiers envois de la semaine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.