lieux communs

dendrogramme_1

Un premier aperçu des mondes lexicaux en présence est réalisé avec Iramuteq, outil d’exploration lexicale, qui a effectué une classification descendante hiérarchiques des termes selon leur proximité lexicale (mesure de co-occurences sur des segments de 40 unités lexicales), à partir des entretiens avec Franck Drouyer, technicien de la FDC 35, et Charles Bourdais, président du syndicat des digues et marais de Dol.

Cette approche permet une synthèse du contenu attrayante, mais ne résume pas le sens des propos des interlocuteurs que nous comptons explorer par des méthodes d’analyse sémantique. Cependant, il permet , selon Max Reiner (1999), le créateur de cette méthode, une approche des mondes sociaux en présence :

“En résumé, dans notre modèle, on ne cherche plus à représenter la forme logique d’une représentation sous-jacente à un ensemble de propositions, mais à “cartographier” les principaux topoï ou “lieux communs” sur lesquels ce monde du discours se construit simultanément avec celui de ses énonciateurs.”

AFC2DL

Reinert Max, 1999. Quelques interrogations à propos de l’ “objet” d’une analyse de discours de type statistique et de la réponse “Alceste”. Langage et société, 90, pp. 57-70.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.