seule un vache ne peux pas manger d’herbe

Bretonnes Pie Noir de l’élevage de Nicolas Guérin à la ferme du Bois-Joubert à Donges © Éric Collias

“Lorsque vous pensez à une vache, vous envisagez probablement un animal paissant, mangeant de l’herbe et produisant peut-être du méthane à son autre extrémité. Cependant, les vaches ne peuvent pas faire cela. Leur génome bovin ne codera pas les protéines avec l’activité enzymatique nécessaire pour digérer la cellulose. Ce que fait la vache, c’est mâcher l’herbe et maintenir une communauté symbiotique de micro-organismes dans son intestin. C’est cette population de symbiotes intestinaux qui digère l’herbe et rend la vache possible.” (Gilbert, 2016)

“L’entité que nous appelons une vache est un organisme dont les écosystèmes complexes de symbiotes intestinaux – diverses communautés de bactéries qui digèrent la cellulose, de champignons anaérobies et de protistes ciliés – définissent sa physiologie lui permettant de digérer l’herbe, et qui ont joué un rôle déterminant dans son évolution.”(Gilbert, 2014)

“Les organismes eucaryotes [multicellulaires] ne sont pas des individus autonomes. Nous sommes plutôt des holobiontes. Le terme «holobionte» fait référence au consortium des cellules dérivées de zygotes [œufs] ainsi que leurs nombreux micro-organismes associés, y compris les protistes, les archéens, les bactéries, les champignons et les virus. […] Les vaches occupent une niche alimentaire végétale uniquement sous forme d’Holobiontes.”(Chiu & Gilbert,s. d.).

Chiu, L., & Gilbert, S. F. (s. d.). Preprint for “Phenotypic Switching : Implications in Biology and Medicine”(eds Levine, Jolly, Kulkarni, and Nanjundiah) Niche construction and the transition to herbivory : Phenotype switching and the organization of new nutritional modes.

Gilbert, S. (2016). The new body politic : How knowledge of our bodies can affect the wisdom of our policies. Jefferson Journal of Science and Culture, 4.

Gilbert, S. F. (2014). Symbiosis as the way of eukaryotic life : The dependent co-origination of the body. Journal of Biosciences, 39(2), 201‑209. https://doi.org/10.1007/s12038-013-9343-6
(notre traduction )

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Éric Collias (10 septembre 2022). seule un vache ne peux pas manger d’herbe. Humanités paludicoles. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/pqhx


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search