transhumance à Mareil

Transhumance à Mareil chez Guillaume Douaud, le 8 avril 2017, compte rendu d’Éric Collias

Nous sommes arrivés bon derniers, à 8h15, ce samedi 8 avril, pour nous garer dans la prairie qui avait été transformée pour l’occasion en parking de la ferme de Mareil. Nous avons suivi les conseils de la personne qui était préposée au placement des voitures pour nous garer, puis nous avons chaussé nos chaussures de rando, pris nos sacs, nos bâtons, et nous sommes rendus dans la cour à l’entrée de laquelle une femme tenait la liste des inscrits et notait les arrivants. Il était proposé de laisser notre mail si nous voulions être informés des dates de ventes de viande à la ferme. Une fois dans la cour, environs 250 personnes étaient déjà là à boire le café qui avait été préparé et offert avec des tranches de cakes, sur des tables disposées sous un barnum le long du bâtiment Est de la ferme. Quelques bancs et des bottes de foins réparties ça et là dans la cour permettaient de s’assoir. Sous le barnum il y avait des panneaux présentant l’association ACROLA et les oiseaux qui sont bagués sur l’île à l’occasion des camps de bagage qu’elle organise. Mais aucun des membres de l’association prévus au programme pour une présentation de leurs activités n’a pu être présent.

ACROLA_1

Après une dizaine de minutes, la cloche a sonné et Guillaume, en blouse et chaussé de bottes, a présenté son projet politique de développement local à travers l’activité qu’il y a créé et qu’il souhaite faire connaître à travers cette transhumance. Il a au passage cassé un peu de sucre sur le dos des “vegans” qui revendiquent le bien être animal et a défendu les bonnes conditions qu’il apporte à ses bêtes et la confiance qu’il accorde aux professionnels chargé de les abattre. Il nous a aussi remercié d’avoir respecté la consigne qui était de ne pas porter de vêtements clairs qui effraient les bêtes qui ne voient qu’en noir et blanc, et nous a donné quelques recommandations que je n’ai pas compris sur le moment, notamment de nous tenir assez loin du fil et de parler bas en faisant “la la la”. Il nous a ensuite révélé la surprise qui nous était réservée : le voyage vers le troupeau allait se faire en bétaillère. Nous sommes donc grimpé dans trois bétaillères tirées par des tracteurs, et notre groupe a voyagé ainsi jusqu’au Goutat sur 7 km, avec les panneaux à l’arrières des véhicules indiquant “transport d’animaux vivants”.

20170408_TRANSPORANIMAX_VIVANTS
randonneurs en bétaillères

Arrivés au Goutat nous somme tous descendu vers le marais du Syl. Nous avons attendus que le troupeau, que nous ne voyions pas encore, soit rassemblé. C’est Alice, la sœur de Guillaume, qui nous a donné le signal de départ. Nous avons traversé le marais sur une digue qui mène vers la D3 qui va de Lavau à Savenay. À chaque carrefour, Alice fermait les chemins adjacents avec une ficelle de nylon souvent déjà placée sur un  des poteaux, puis demandait à des personnes du groupe de se placer derrière la ficelle afin de former une barrière humaine susceptible de maintenir la troupeau sur le chemin prévu pour la transhumance. C’est là que les consignes données le matin par Guillaume sont devenues plus claires. De temps en temps elle nous demandait d’attendre, à d’autres occasions d’accélérer, car le troupeau arrivait au petit trot. Nous avons traversé la D3 à la Bergerie, puis sommes allés vers les Noëls : c’est là que les choses se sont gâtées. Certains d’entre nous avions été placés dans une prairie le long du chemin que devait emprunter le troupeau, en tournant vers le Sud après la Noé. Une première partie du troupeau est passée, puis une deuxième partie est arrivée, et s’est arrêtée subitement au milieu du chemin. Est-ce parce que mon voisin plus au Sud dans la prairie avait enlevé sa veste bleue marine et que son tee-shirt bleu ciel a effrayé ce morceau de troupeau ? En tous les cas, une génisse a profité d’une faiblesse de la clôture pour sauter dans la prairie et toute cette partie du troupeau a suivi ! Ensuite c’est devenu assez compliqué pour gérer à la fois les randonneurs et le troupeau, et Guillaume a fait sortir tout le monde de la prairie. Il a tenté avec ses vachers à plusieurs reprises de ramener les bêtes sur la brèche de clôture qu’elles avaient empruntées pour sortir, mais sans succès. La particularité de cette prairie était d’être assez vaste et sectionnée en trois parties par des alignements de saules qui rendaient particulièrement difficile le regroupement du troupeau. Il semble qu’à un moment donné Guillaume s’est trouvé épuisé de courir après ses vaches. L’un des vachers a sollicité une dizaine d’entre nous pour aller dans la prairie en contournant la première section du troupeau qui était arrêtée sur le chemin-digue. Est-ce notre arrivée à proximité de ce troupeau ? Est-ce l’appel des autres vaches qui étaient déjà dans la prairie ? En tout cas une génisse a de nouveau sauté le fossé et ouvert une brèche dans la clôture aussitôt suivie de toutes les autres vaches. Cette fois l’intégralité du troupeau s’est retrouvée dans la prairie, avec tous les vachers. Nous avons eu la consigne d’avancer dans le chemin, donc je n’ai pas suivi ce qui s’est ensuite passé, mais il a bien fallu un bon quart d’heure et plusieurs tentatives infructueuses avant que Guillaume et ses gars n’arrivent à refaire passer la clôture au troupeau et reprendre le chemin de la transhumance. La fin du parcours vers la ferme s’est ensuite bien déroulé, bien que d’autres secteurs étaient assez critiques, mais sans doute que les randonneurs réquisitionnés pour faire barrière étaient désormais plus aguerris et plus attentifs aux consignes de Guillaume de ne pas être une source de peur pour le troupeau au point de ralentir son allure et de le segmenter à nouveau. Dans le troupeau il y a des vaches noires, les Angus, et des vaches rouges et beiges, les Limousines.

transhumance
la transhumance capturée sur le site de la ferme de Mareil

Arrivés à la ferme le troupeau a été bloqué dans un chemin par Guillaume et ses gars qui se sont relayés pour le garder à cet endroit. Guillaume a ensuite fait le point et changé de programme. Au lieu de, comme il était prévu, rassembler les autres bêtes qui étaient déjà sur la ferme avec le troupeau arrivé pour repartir sur l’île, Guillaume a décidé de faire une pause d’une heure et demie, de nous faire prendre le casse croûte qui nous était offert, de faire reposer ses bêtes, avant de repartir.

parcours_transhumance
le parcours de la transhumance sur Google Maps

Nous sommes donc de nouveau partis en avant du troupeau, vers l’écluse de la Taillée, guidés par Alice qui plaçait ça et là les randonneurs volontaires aux endroits qui présentaient un risque d’éparpillement pour les bêtes. C’est après le Locherais que nous avons pris à gauche vers le terre-plein de sable accumulé à partir des années 1970 pour un projet d’extension orientale de la zone portuaire de Donges, et qui a transformé l’Île Chevalier en presqu’île. Arrivés sur ce secteur très ouvert, il a été  difficile de contenir la totalité du troupeau, et quelques bêtes se sont égaillées dans les fourrés ou les prairies voisines. Puis nous avons suivi les vaches sur l’île où le terrain devenait par moment beaucoup moins praticable du fait que le sol, par endroit très imbibé, devenait très mou et “mange-bottes”. Une petite partie des randonneurs pas trop bien équipée ou moins aguerrie à ce genre de terrain a bifurqué vers une passerelle en pylônes électriques en béton pour traverser le canal de Gazeau et rejoindre l’écluse de la Taillée pour revenir à Mareil.

Le reste de l’équipe a traversé la prairie à la suite du troupeau vers le secteur du canal de la Taillée où sont amarrés les bateaux qui permettent la traversée de retour. L’herbe de ces prairies est dominée par l’Agrostis stolonifère, avec la présence cependant de Puccinellie marine qui révèle la salinité de ce terrain. Selon le beau-frère de Guillaume, le chargement animal prévu dans le contrat avec le Conseil Départemental est d’une bête à l’hectare. Le secteur de prairie utilisé par Guillaume est d’environ 180 hectares selon la carte (250 ha selon Guillaume), et on y a mené environ 200 bêtes, mais avec une proportion importante de jeunes animaux. La charge animale semble donc respectée. La partie de prairie où nous sommes passés était très belle et recouvrait totalement le sol, mais il est possible que le troupeau étant surtout concentré autour des mares crées pour son abreuvement, la prairie à cet endroit soit surpâturée et donc moins dense et moins belle.

L’écluse de Lavau Pierre-Rouge est actuellement hors service. Le bief de la Taillée est donc  soumis au régime des marées, ce qui n’était pas le cas auparavant, où ce bief servait au stockage de l’eau afin de réalimenter le marais en période d’assec. Nous avons d’ailleurs constaté en passant l’écluse que le chenal à l’aval de l’écluse était envasé de manière assez importante, du fait de l’apport de sédiments avec la marée montante. La chance que nous avons eu ce jour là, c’est qu’arrivés au lieu de la traversée sur le bief de la Taillée, la marée était en train de monter, et il y avait donc de l’eau pour traverser en bateau. Une fois sur l’autre rive, nous sommes remontés à Mareil. Guillaume lui était toujours sur l’île autour des bêtes pour les mettre dans un enclos qui les oblige à pâturer dans la roselière afin d’en contrôler l’extension et favoriser le développement de la prairie.

De retour à Mareil, nous avons eu quelques explications avec Alain, le père de Guillaume, sur l’origine de cette transhumance. Le grand père de Guillaume a commencé à mettre des génisses en 1949  sur une petite île en train de se former : il avait remarqué, en y coupant des roseaux, comme il était d’usage sur les bords de Loire pour différents besoins de litière ou de couverture de bâtiments agricoles, que peu à peu se formaient des clairières avec de l’herbe. Cet été là était sec, et il n’avait plus beaucoup d’herbe pour nourrir ses bêtes, il est donc allé avec un autre agriculteur mettre deux génisses sur cette île. L’entreprise s’est avérée rentable, c’est à dire que les vaches arrivaient à bien s’y nourrir, et petit à petit un groupe d’agriculteurs s’est organisé pour cette estive. Il semble donc que les caractéristiques physiographiques de cette île ne soient pas seulement le concours d’une accumulation de sédiments estuariens, mais le résultat conjoint de cette accumulation, de la fauche des phragmites, et de la pratique pastorale estivale qui a été pratiquée depuis 1949 et a concouru au développement d’une prairie aux caractéristiques saumâtres. Puis ces agriculteurs sont allés se présenter au Port de Saint-Nazaire, afin d’officialiser cette pratique qui n’avait d’ailleurs pas été remarquée par les autorités portuaires. Alors que nous sommes au sein du domaine public fluvial, c’était déjà à l’époque le Port qui était en charge de la maîtrise foncière de ce secteur.

L’activité agricole de la ferme de Mareil n’est pas seulement rémunérée par le produit de la vente directe qui a été présentée au début de la matinée, et qui est assumée par la compagne du Guillaume, Hélène, qui anime le site internet et la page facebook de la ferme. Des mesures agroenvironnementales mises en place pour favoriser certains habitats de flore ou de faune permettent aussi une rémunération conditionnée par le respect d’un cahier des charges spécifique. De plus la partie de l’île où Guillaume mène son troupeau est désormais propriété du Conservatoire du Littoral, et la gestion en est confiée au Conseil Départemental 44. Alain Douaud dit à ce propos que depuis que la gestion est confiée au CD44, “il y a toujours des idées, mais moins de pétrole”, faisant référence à un projet d’alimentation en eau pour l’abreuvement du bétail sur les îles à partir des réserves d’eau des anciennes carrières du Trou-Bleu de Lavau qui semble avoir du mal à voir le jour.

Dans ce collectif, il apparaît qu’Alain occupe la place du raconteur de l’histoire de la transhumance, Guillaume qui présente la transhumance et la conduit disparaît avec son troupeau pour ne réapparaître que très tard alors que le public est parti, Alice seconde son frère en menant les randonneurs, tandis que le mari d’Alice qui fut autrefois employé de la ferme et connaît bien le travail,  ainsi que l’employé actuel et deux autres vachers au statut inconnu aident Guillaume à conduire le troupeau. Il y a aussi celui qui est au parking le matin pour accueillir les voitures, ainsi que deux hommes qui seront dans certaines portions du parcours avec leurs voitures pour bloquer la circulation, et que l’on retrouvera tous les trois au retour à manœuvrer les cordages pour nous faire traverser le bief de la Taillée sur des barques. Il y a aussi celui qui nous servira le café, celle qui passera pour nous offrir des tranches de cakes, les jeunes filles qui amènent les plats de pâté et de chips sur les tables et  débarrasser ensuite les plats. En fin il y a la maman de Guillaume qui est discrète mais bien présente dans cette assemblée.

Dans le groupe des randonneurs, certains sont en mode balade en famille, d’autres en mode marche sportive de différentes catégories : style course à pied en juste au corps très moulant, ou style marche nordique.  D’autres encore sont plutôt là pour faire la fête et boire un bon coup à la pause. On trouve des cannes sculptées, des cannes ferrées comme celles des boutiques pour touristes en montagne, des bâtons de randonnée en fibre de carbone, des bambous décorés avec de l’adhésif, des cannes taillés dans une branche de longue date, des cannes débitées sur un arbre le long du chemin, des tasseaux à section carrée, et même une canne avec un petit siège qui se déplie pour s’y assoir et faire une pose. Du côté des chaussures, c’est aussi très varié, avec de la chaussure de ville pas trop neuve, la chaussure de sport, la botte de chasse doublée de cuir, la botte de cheval, la botte bateau, la botte crantée et la chaussure de randonnée, avec ou sans guêtres. Beaucoup d’images seront prises par les accompagnateurs, depuis les téléphones portables jusqu’aux appareils photos assez imposants.

Cite this article as: {Collias Éric}, "transhumance à Mareil," in Humanités paludicoles, 10/04/2017, https://humanpalud.hypotheses.org/33.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.