modestes communs

La gestion et la régulation des niveaux d’eau dans le bassin du Brivet n’est apparue qu’à la fin du XVIIIème avec les premiers vannages, avant cela la marée circulait librement au sein de ces marais qui présentaient un gradient de salinisation décroissant du Sud vers le Nord. Au secteur oriental a été institué le Syndicat des marais de Donges avec l’objet de travaux d’assèchement et la réalisation de voies navigables, tandis que le secteur occidental où fut institué la Commission Syndicale de Grande Brière Mottière restait un espace consacré aux activités traditionnelles de chasse, de pêche et d’exploitation de la tourbe et des roseaux. Ces institutions étaient supportées par les propriétaires des marais, puis la création de syndicats mixtes a introduit les collectivités locales dans ces institutions de gestion afin de soutenir les coûts désormais trop lourds pour les propriétaires.

Un règlement d’eau a été élaboré par la Commission Syndicale de Grande Brière Mottière en 1977, ce règlement n’existe pas encore à l’échelle du bassin du Brivet tout entier, cependant des cotes propres à chaque sous-unité hydrographique y sont tenues en fonction des saisons.

Avec l’introduction des collectivités dans la gestion, se produit un glissement progressif de la composition de ces institutions et de leur équipement technologique. Les syndics, représentant les propriétaires ont été progressivement remplacés par des délégués communaux puis intercommunaux. Les éclusiers, manœuvrant physiquement les ouvrages, ont été progressivement équipés d’alliés techniques motorisés, puis de capteurs, et enfin de dispositifs de gestion à distance. L’éloignement progressif du terrain tend à déplacer la mémoire des humains vers leurs alliés techniques, avec le risque d’un appauvrissement de la gamme d’expérience issue de la pratique de ces milieux soumis aux condition météorologiques, aux débits de la Loire, et aux fluctuations de la marée.

Avec le changement progressif de la composition des institutions de gestion, se produit aussi un déplacement d’échelle des forums de négociations sur les niveaux et la qualité plus ou moins salée de l’eau introduite dans le bassin. Cependant, le défi du maintien d’une activité humaine dans le marais a été relevé par la profession agricole qui, soutenue par les mesures agri-environnementales, a redéployé son activité pastorale sur le marais dans les années 1990. Il existe donc une nouvelle génération d’agriculteurs qui n’ont pas forcément recueilli l’expérience de leurs ainés, du fait d’un gap générationnel de la période 70-80 où l’activité agricole a connu une récession. Cependant, quelques anciens restent aujourd’hui des relais de mémoire vivants de l’évolution de ces milieux, des perturbations parfois chaotiques qui induisent leurs caractéristiques, et des pratiques de gestion de l’eau à l’échelle des prairies.

En contiguïté de ces prairies, les saulaies abritent des huttes de chasse, et les chenaux sont exploités par les pêcheurs. Pour franchir les chenaux, des ouvrages légers sont aménagés et entretenus. Nous faisons l’hypothèse qu’il existe des modalités de coordination pour l’installation et l’entretien de ces aménagements légers qu’il est intéressant d’enquêter.

Notre proposition concerne donc à la fois le recueil de l’expérience de ces hommes au sein des institutions Syndicales qui ont précédé ces changements d’échelle, comme le recueil de leurs pratiques de gestion des ouvrages et chenaux du réseau hydrographique qualifié de tertiaire.

Ce recueil peut nourrir deux objectifs. En premier lieu, il est susceptible de générer la constitution de groupes d’échanges localisés aux échelles fonctionnelles des sous-unités des marais indépendantes des unités administratives communales. L’hypothèse que nous formulons avec cette proposition, est que l’institution d’un dispositif intergénérationnel de collecte de ces savoirs vernaculaires peut préfigurer un dispositif permanent, complémentaire du Syndicat en place, ayant comme vocation la transmission de cette expérience du marais. La considération, à travers cette recherche, pour le savoir accumulé par les gens de terrain, alimentera la réflexion que le Syndicat souhaite mener pour établir son règlement d’eau.

Afin de fonder cette démarche sur une approche relationnelle, nous faisons le pari que les « corvées », pratiques d’entraide encore en usage chez les éleveurs pour effectuer de gros travaux comme par exemple la construction des  « gravières », gués permettant au bétail et aux engins de franchir les chenaux, peuvent constituer le noyau d’agrégation de ces assemblées locales. Cette approche horizontale par le réseau socio-technique a pour finalité d’éviter l’écueil d’une segmentation surplombante basée sur des catégories naturalistes. Elle semble pertinente dans les espaces où les conditions du milieu ne permettent pas le déploiement de lourdes alliances techniques et nécessitent un recours accrus aux solidarités humaines (accès uniquement à pied ou en barque).

Un deuxième objectif réside dans la reconnaissance des « communs ». Il existe localement de forts antagonismes chez certains chasseurs vis-à-vis des dates d’ennoiement du marais calées sur la date d’ouverture de la chasse. Celle-ci a été reculée pour être conforme aux directives européennes, et suscite une frustration.

En mettant en lumière les pratiques vertueuses en matière de travaux et forums associant pêcheurs, chasseurs et agriculteurs, nous avons l’intention de renforcer la considération pour ces « communs », qui peuvent paraître modestes, mais sont néanmoins significatifs. Et par cette mise en lumière, de produire un effet retour positif quand à l’estime de soi des acteurs impliqués dans ces processus de co-gestion, et les rendre contagieux.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.