conversations

conversation

“Ce n’est que lorsque nous sommes perdus, en d’autres termes lorsque nous avons perdu le monde que nous commençons à nous trouver, que nous comprenons où nous sommes et l’étendue infinie de nos relations.” (Thoreau, 2017)

C’est par la pratique de la conversation, inspirée de Mme de Staël, que le courant de pensée dans lequel a baigné Thoreau s’est développé. La conversation demande la capacité à écouter, et ainsi suivre le fil de relations qui jusque là nous étaient inconnues. C’est donc un mode de découverte du monde à travers la parole issue de l’expérience des autres. Le réseau créé à travers la conversation est analogue aux réseaux que nous explorons en écologie, ce qui circule dans ce réseau sont les actions et passions et de nos interlocuteurs.

Thoreau, H. D., 2017. Walden ou la vie dans les bois. Editions Gallimard.

2018 04 06  : c’est sur l’île de Lavau que nous avons croisé ce troupeau de jeunes bovins tout juste sortis de la bétaillère et accompagnés de leur vacher en conversation avec ses collègues un peu plus loin sur l’île. Ceux-ci étaient arrivés un peu plus tôt à trois, un éleveur, son employé, et un marchand de bestiaux qui a prêté son véhicule pour l’occasion, accompagnés de quatre vaches. Ils recherchaient deux jeunes ayant passé l’hiver dans l’île et tentaient de les récupérer (“il y a des points hauts où ils se réfugient quand l’eau monte”). Comme je suis prudent, j’avais exploré  à la jumelle les prairies que nous allions traverser et avait effectivement remarqué deux animaux assez éloignés, en tout cas suffisamment pour ne pas poser de problème. Je leur ai donc indiqué où les trouver et au bout d’une heure les jeunes prenaient le chemin de la bétaillère. Dans la première conversation sur le chaland, le batelier évoque une technique pour ramener les bêtes en leur mettant du foin dans un enclos afin de les piéger. Ici il se pourrait que les vaches furent choisies en fonction des leurs qualité d’émettrices des bonnes molécules maternelles capable de mener les veaux au bercail.  C’est une question à poser lorsque nous retrouverons les éleveurs.

bétaillère avec barrière latérale sur rail afin de faciliter les transferts de bêtes

Transit des hommes, des bêtes et des machines

Le bruit du troupeau nous le signale, nous sommes sur un chemin agricole lourdement empierré, tandis qu’un peu plus loin, nous distinguons, à travers la forme triangulaire du fossé, le passage de la pelle qui est venue ramasser des sédiments pour les déposer sur le chemin, ce qui là-bas atténue le volume sonore du piétinement bovin. Cette composition du marais à l’aide de tractopelles, de bennes chargées de pierres, permet d’y définir une digue, espace de transit pour les bêtes et les hommes, dégagé de la contraintes des eaux et des sols détrempés qui alourdissent chacun de vos pieds quand ils ne vous les retiennent pas totalement.

Transit de graines

C’est un éleveur de l’île Chevalier qui nous disait que les vaches transportent dans leur tube digestif les graines qui vont constituer la prairie qui s’installe une fois que la roselière a été coupée, broyée ou pâturée (avec les liserons qui s’y trouvent). La Puccinellie maritime que l’on trouve sur l’île ne pousse pas ailleurs que sur ces prés régulièrement couverts par la marée (entre les hautes eaux de moyenne marée et les hautes eaux de vives-eaux), cependant il est possible que lors des transits depuis les prairies ou stabulations d’hiver, des graines de graminées continentales transitent elles-aussi par voie intestinale ; nous devrons demander aux botanistes ce qu’ils en pensent, mais il nous semble que les  submersions régulières d’eau estuarienne constituent un vecteur de dispersion et de contrôle des propagules plus déterminantes.

On entend une alouette, oiseau à bec fin, ce qui peut nous rassurer sur la qualité trophique de ce milieu, c’est à dire que dans ces prairies subsiste une population d’invertébrés (insectes, arachnides, mollusques, crustacés) ce qui n’est malheureusement plus le cas de beaucoup de prairies aujourd’hui [http://vigienature.mnhn.fr/page/alouette-des-champs].

Sur les prés de côte et les îles de la rive droite de l’estuaire de la Loire, les mares recueillent les eaux lors des hautes marées de vives eaux : s’y abreuvent les vaches, patiemment, et celle-ci semble avoir gardé la mesure du risque, à l’instar de ses lointains ancêtres qui, dans une telle situation, étaient à la merci d’un éventuel prédateur. Selon Gilbert Rialland, (2018 07 30) ancien éleveur, ces mares sont régulièrement reprofilées, pas trop plates pour ne pas que les vaches y restent et y défèquent, et pas trop profondes pour qu’elles n’aient pas trop de difficultés à y pénétrer.

Gibert Rialland, ancien éleveur, nous fait découvrir l’estive sur l’île de Lavau, sur la rive nord de l’estuaire de la Loire (2018 07 30). C’est son père qui a fait construire la première passerelle métallique de La Goupillais par une entreprise de Guérande, à la place de la toue qui était employée auparavant pour franchir la canche (chenal de marée) qui sépare l’île du rivage. Une première rénovation avait été l’occasion de bétonner cette passerelle qui a été récemment rebâtie : les propriétaires fonciers de l’île ont acheté en commun les matériaux et une “corvée ” a été organisée entre les éleveurs qui exploitent l’estive pour réaliser le chantier de construction.

Des chenaux de marée sont formés par l’eau de l’estuaire qui recouvre l’île régulièrement, et pour faciliter leur ressuyage, les éleveurs ont aménagés des canaux. Ce ressuyage rapide est recherché afin d’éviter l’installation de la “rouche”, le Scirpe marin qui n’est pas consommé par le bétail, et se plait bien dans les secteurs les plus longuement mouillés.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.