low-tech révolutionnaire et révolution (?) high-tech

Jean-Pierre Broussard, président du Syndicat des marais estuariens de Cordemais, nous a mené dans le marais du Lot afin de nous permettre de faire des mesures de salinité avec un appareil emprunté aux hydrogéologues de l’Université de Rennes 1.

Selon le glossaire du Conservatoire botanique de Brest, la salinité se catégorise avec une échelle à 5 niveaux :
Eau douce : < 0,5 (très peu salé) – Oligohaline : de 0,5 à 5-6 (peu salé) – Mésohaline : de 5-6 à 18-20 (moyennement salé) – Polyhaline : de 18-20 à 30 (fortement salé) – Euhaline : > 30 (totalement salé) – Salinité de l’eau de mer : 35 – (unité utilisée : psu [unité pratique de salinité] = g/L)

Nous sommes le vendredi 30 août 2019, la pleine mer est à 17:38 à Saint-Nazaire, et donc une demi-heure plus tard à Cordemais, pour un coefficient de 104. Jean-Pierre et l’éclusier du Syndicat, Gilbert, viennent d’ouvrir la vanne qui contrôle l’étier du port afin de tenir le niveau d’eau du marais du Lot. Cette fois pas de baignage, le marais a déjà été “blanchi” avec les marées du milieu de la semaine.

le marais du Lot alimenté par l’Étier du Port contrôlé par la vanne de Cordemais (1), source Geoportail

La première mesure (1) à la pleine mer à Cordemais vers 18:00 donne une salinité de 5,1 g/l, la cote de marée vient d’atteindre 3,20 (coef 104, débit de 100,4 m3/s à Montjean) et redescend peu à peu. Ce niveau de salinité est équivalent à celui pris dans les mêmes conditions le 2 août (coef 103, débit 105,5 m3/s à Montjean à 18:00). Nous allons ensuite au Landas, au nord du marais, ou une mesure (2) dans la douve qui longe la prairie depuis l’étier du port provoque la surprise de Jean-Pierre : le niveau ici est à 7,7 g/l. C’est la première fois que Jean-Pierre amène un appareil de mesure de salinité dans son marais. Puis nous faisons la mesure dans la mare centrale (3) de la prairie qui alimente les rigoles entretenues pour le baignage. La surprise de Jean-Pierre est alors totale, le niveau de salinité est de 7,5 g/l ! Cependant les vaches du marais continuent à consommer cette eau sans problème, elle se sont adaptées.

le clapet qui contrôle la distribution de l’eau depuis la mare centrale de la prairie du Landas (3) vers les rigoles qui y maintiennent l’humidité est un gros bouchon constitué d’un seau inséré dans une tube de ø 0,20m

La surprise passée, nous constatons que la présence de rouche (Scirpe marin) et de Jonc de Gérard dans la prairie est caractéristique des conditions saumâtres auxquelles Jean-Pierre est déjà habitué sur l’île Pipy plus en aval dans l’estuaire.

Nous nous rendons ensuite au sud du marais dans le pré de la Chevallerais (4) où nous mesurons la salinité dans la mare latérale qui alimente la rigole de la prairie depuis une douve connectée à l’étier du Port, et obtenons le taux de 7,8 g/l.

mare du marais de la Chevallerais (4) : ici, pas de tuyauterie, c’est avec un godet de terre que Jean-Pierre a fermé la rigole une fois remplie avec la marée en milieu de semaine
rigole du pré de la Chevalerais qui a été alimentée avec les première marées de coef 60 à 89 entre le mardi 27 et le jeudi 29 août, la prairie est totalement verte

La technique de Jean-Pierre est révolutionnaire, il cultive de l’herbe avec l’eau de l’estuaire, une rigoleuse (un rotavator installé sur le tracteur pour entretenir les rigoles), des tuyaux de ø 0,20 bouchés avec des seaux, un godet pour pelleter la terre, et cette herbe nourrit des vaches charolaises et leurs jeunes qui paraissent tous en pleine forme. Pas besoin de les “finir à l’auge”, c’est à dire de leur donner des compléments en céréales, l’herbe cultivée de cette manière est suffisante pour les nourrir sur le pré et produire une réserve de foin pour l’hiver. Sa stratégie “tout à l’herbe” nécessite de ne par charger au delà d’une bête à l’hectare, et de ne pas avoir à gérer des cultures pour prendre le temps d’entretenir son marais. Ce qui semblerait avoir révolutionné la compréhension qu’il a de son marais est ce dispositif technique portable assez sophistiqué qui, à l’aide d’une sonde immergée dans l’eau, en mesure instantanément un taux de salinité. Était-ce nécessaire d’apporter cet instrument dans le marais ? Du point de vue de Jean-Pierre et de l’alliance qu’il constitue avec les vannes, les rigoles, l’herbe et les vaches, c’était sans doute pas très utile, il n’en a en tout cas jamais eu besoin. L’expérience qu’il a de ce collectif lui permet de savoir quand il y a quelque chose qui cloche, comme par exemple, une “merde moulée”, ou “un poil qui pique” c’est à dire qu’au regard des bouses et au contact de la peau de la vache il sait dire qu’elle est dans de bonnes conditions d’alimentation en eau et en herbe, et que les seuils de salinité inacceptables ne sont pas encore atteints.

Jean-Pierre Broussard et les charolais du marais du Lot, nourris à l’herbe nourrie aux marées estivales (2019/09/19)

Cependant, il était curieux de connaître les taux de salinité dans ces différents endroits, et est étonné que la mesure donnée par cet appareil qui, tout en lui paraissant élevée, reste cependant dans la gamme de ce qui est acceptable pour la vie de ce marais. La révolution high-tech qui a produit l’outil capable de faire une mesure directe des catégories de salinité lui permet ainsi d’évoquer le processus en cours et de plaisanter sur de possibles futurs. “On pourrait faire un marais salant”, me dit Jean-Pierre, car le principe employé dans les salines pour recueillir le sel est semblable : au fur et à mesure, au cours de l’été, l’eau stockée dans les diverticules du marais se concentre en sel à cause de l’évaporation. D’ailleurs, avant l’installation de la vanne à la centrale de Cordemais et de cette du Tertre un peu plus en amont, les fluctuations d’eau dans l’étier, à chaque marée, étaient gérées directement à la parcelle, où chacun devait contrôler son clapet, un peu comme le font encore les paludiers dans les salines.

Jean-Pierre n’en revient toujours pas et vérifie encore le taux de salinité de la rigole à 7,7 g/l, qui fut remplie avec les premiers envois de la semaine

collectif latourien

“Si nous employons le mot collectif* au singulier, ce n’est donc pas pour signaler le même genre d’unité que celle impliquée par l’expression de nature, et encore moins pour désigner une utopique « réconciliation de l’homme et de la nature ». « La » nature, nous le savons bien, n’était justement jamais stable, mais toujours en train de servir de pendant à l’irrémédiable éclatement du monde social et humain. Or dans le mot collectif, c’est justement le travail pour collecter en un tout que nous voulons souligner. Le mot a l’avantage de rappeler ce que le service des égouts désigne par le réseau des petits, moyens et grands « collecteurs » qui permettent d’évacuer les eaux usées ainsi que d’absorber les pluies qui tombent sur une grande ville. Cette métaphore de la cloaca maxima nous convient parfaitement, ainsi que tout l’appareillage d’adduction, de dimensionnement, de station d’épuration, de regards et de trous d’homme nécessaire à son entretien. Plus nous associons de matérialités, d’institutions, de techniques, de savoir-faire, de procédures et de lenteurs au mot de collectif, meilleur en sera l’emploi : le dur labeur nécessaire à la composition progressive et publique de l’unité future en sera plus visible.

Par le mot collectif au singulier, nous entendons par conséquent, non pas la solution au problème du nombre de collectifs […], mais seulement la remise en branle d’un problème de composition progressive du monde commun que la division en deux chambres de l’ancienne Constitution ne permettait même pas de commencer à poser, puisque la nature, prématurément unifiée, avait résolu le problème une fois pour toutes. Nous ne savons pas du tout s’il existe un seul collectif, trois, plusieurs, soixante-cinq ou une infinité. Nous n’utilisons le mot que pour marquer une philosophie politique dans laquelle il n’y a plus deux attracteurs, l’un qui ferait l’unité sous la forme de la nature et l’autre qui garderait la multiplicité sous la forme des sociétés. Le collectif signifie : tout mais pas deux séparés. […]

Alors que l’opposition sujet/objet avait pour stratégie d’interdire tout échange de propriétés, le couple humain-non-humain rend cet échange, non seulement souhaitable, mais nécessaire. C’est lui qui va permettre de remplir le collectif d’êtres dotés de volonté, de liberté, de parole et d’existence réelles.

1-Puisque la composition du monde commun, si elle n’est plus donnée d’emblée, doit faire l’objet d’une discussion, le seul moyen de reconnaître au collectif une matière première qui puisse intéresser la vie publique, c’est de le définir comme une assemblée d’êtres capables de parler.[…]

Il existe en politique un terme bien commode lorsqu’on veut désigner toute la gamme des intermédiaires entre quelqu’un qui parle et un autre qui parle à sa place, entre le doute et l’incertitude : porte-parole*. Celui qui parle au nom des autres ne parle pas en son nom. Si l’on affirmait à l’inverse que les autres parlent à travers lui, sans autre forme de procès, on ferait preuve d’une grande naïveté, naïveté que certains mythes épistémologiques manifestent mais que les traditions politiques interdisent. Pour décrire les états intermédiaires, on utilise plutôt les notions de traduction, de trahison, de falsification, d’invention, de synthèse, de transposition. Bref, par la notion de porte-parole, on désigne, non pas la transparence de cette parole, mais la gamme entière allant du doute complet (le porte-parole parle en son nom propre et non pas au nom de ses mandants) à la confiance totale : quand il parle, ce sont bien les mandants qui parlent par le truchement de sa bouche. […]

Nous dirons donc que les blouses blanches ont inventé des appareils de phonation qui permettent aux non-humains de participer aux discussions des humains lorsqu’ils deviennent perplexes à propos de la participation des entités nouvelles à la vie collective.[…]

2-Supposez maintenant que l’on vienne vous trouver avec une association d’humains et de non-humains, dont personne ne sait encore quelle est l’exacte composition, mais dont une série d’épreuves permettent de dire qu’ils agissent, c’est-à-dire, tout simplement, qu’ils modifient d’autres acteurs par une suite de transformations élémentaires dont on peut dresser une liste grâce à un protocole d’expériences. Telle est la définition minimale, laïque, non polémique de ce qui agit. […]

3-Pour le dire de façon vulgaire, les acteurs humains et non-humains apparaissent d’abord comme des gêneurs. C’est par la notion de récalcitrance qu’il convient surtout de définir leur action. Croire que les non-humains se définissent par la stricte obéissance aux lois de la causalité, c’est n’avoir jamais suivi le lent montage d’une expérience au laboratoire. Croire à l’inverse que les humains se définissent d’emblée par la liberté, c’est n’avoir jamais mesuré la facilité avec laquelle ils se taisent et obéissent, la connivence qu’ils ont pour ce rôle d’objet auquel on veut si souvent les réduire. […]

4-Nous avons besoin d’un dernier accessoire pour équiper les membres de ce collectif nouvellement convoqué. Il faut que les propositions articulées aient des habitudes* plutôt que des essences*. Si le collectif, en effet, se voyait envahi par des essences à bords fixes et indiscutables – causalités naturelles aussi bien qu’intérêts humains –, aucune négociation ne pourrait aboutir puisqu’on ne pourrait rien attendre des propositions sinon qu’elles insistent jusqu’à l’épuisement de l’adversaire. Tout change si les propositions se présentent comme ayant contracté des habitudes qui pèsent certes avec le même poids que les essences mais qui, contrairement à celles-ci, peuvent être révisées en cours de procédure si le jeu en vaut vraiment la chandelle. […]”

Bruno Latour (2004)

“Pour Latour le collectif est le produit d’une action littérale de collecte, au moyen de laquelle divers types de forces et d’êtres sont associés.

C’est donc un processus et même un projet indissociable de la théorie de l’acteur-réseau dont il constitue l’un des principaux outils et qui consiste je le rappelle à assembler des entités hétérogènes et non-encore réunies ensemble pour éprouver la pertinence de leur assemblage.

L’entreprise est la plupart du temps présentée comme expérimentale, et elle vise à raccorder des multiplicités d’associations d’humains et de non-humains qui ne sont plus divisés à priori par le grand partage entre le domaine de la nature et celui de la société.

Le collectif latourien désigne donc un processus, un processus qui est à la fois épistémique, métaphysique et politique, de composition progressive d’un monde commun qui fait fi des deux attracteurs habituels de la modernité : la nature et de la société.

Comme il l’écrit dans Politiques de la Nature : « le collectif signifie : tout mais pas deux séparés ».

Autrement dit il n’y a pas de spécification initiale quand aux êtres qui intègrent le collectif et quand aux relations qui les unissent. De fait le collectif est ce qui justifie le travail d’investigation parce que sa nature et sa composition, dans la perspective de Latour, ne sont jamais connues d’avance.

On n’est capable d’avérer l’existence du collectif que lorsque l’on a mis en place le protocole d’expériences permettant de dire que les actants dont il est composé modifient d’autres actants par une suite de transformations élémentaires dont on peut dresser une liste grâce à un protocole d’expériences.

À première vue, le collectif latourien n’est donc pas un objet substantif, ou même un principe de composition.

C’est un procédé visant à reproduire dans une analyse le mouvement même de recrutement de l’ensemble d’humains et de non-humains que l’analyste s’est donné pour objet d’étude et que le citoyen s’est donné pour matière à expérimentation, un ensemble qui, si tout va bien, pourrait devenir une nouvelle forme d’existence politique, c’est à dire s’élargir à d’autres actants, humains et de non-humains.”

Philippe Descola (2017)

 

Latour, B. (2004). 2. Comment réunir le collectif. Dans : , B. Latour, Politiques de la nature: Comment faire entrer les sciences en démocratie (pp. 87-133). Paris: La Découverte. https://www.cairn.info/politiques-de-la-nature–9782707142191.htm

Descola, 2017 : https://www.franceculture.fr/emissions/les-cours-du-college-de-france/les-usages-de-la-terre-cosmopolitiques-de-la-1