lieux communs

dendrogramme_1

Un premier aperçu des mondes lexicaux en présence est réalisé avec Iramuteq, outil d’exploration lexicale, qui a effectué une classification descendante hiérarchiques des termes selon leur proximité lexicale (mesure de co-occurences sur des segments de 40 unités lexicales), à partir des entretiens avec Franck Drouyer, technicien de la FDC 35, et Charles Bourdais, président du syndicat des digues et marais de Dol.

Cette approche permet une synthèse du contenu attrayante, mais ne résume pas le sens des propos des interlocuteurs que nous comptons explorer par des méthodes d’analyse sémantique. Cependant, il permet , selon Max Reiner (1999), le créateur de cette méthode, une approche des mondes sociaux en présence :

“En résumé, dans notre modèle, on ne cherche plus à représenter la forme logique d’une représentation sous-jacente à un ensemble de propositions, mais à “cartographier” les principaux topoï ou “lieux communs” sur lesquels ce monde du discours se construit simultanément avec celui de ses énonciateurs.”

AFC2DL

Reinert Max, 1999. Quelques interrogations à propos de l’ “objet” d’une analyse de discours de type statistique et de la réponse “Alceste”. Langage et société, 90, pp. 57-70.

 

gestion du niveau d’eau à Châteauneuf

Charles Bourdais (2017 01 26), président du Syndicat des digues et marais de Dol.
“On a demandé à la fédération de chasse de mettre une vanne puisqu’ils voulaient avoir une certaine hauteur d’eau. il y a eu une convention de passée avec eux, on a pris le seuil de leur vanne, on leur a dit vous ne dépassez pas 2,40m, parce qu’après vous pourriez inonder des terrains qui ne vous appartiennent pas. Alors donc on maintient cette règle là, et quand je les met en eau, à partir du Meuleuc, qui est assez loin, je ferme le Meuleuc, et je leur envoie chez eux quoi. Je leur envoie de l’eau, ça passe par les grands étangs qui sont faits pour recevoir des oiseaux migrateurs, et à partir de là, quand ils sont atteints, je fait l’inverse, j’envoie les eaux par une dérivation, qui vont directement dans le Canal Allemand, sans passer par chez eux. Mais ils ont suffisamment de bassin versant eux, avec des petits canaux de moyenne importance, qui alimente, qui maintient leur niveau d’eau. Il y a la Brizardière et la Levée. Cet été on a eu de la misère à mettre le niveau. C’est la Fédération de chasse qui a fait l’aménagement. Avant ça noyait, mais tout le monde savait que ça allait noyer quoi. On a des zones dans le marais de Dol où toutes les études ont démontrées qu’on ne pourra jamais empêcher des superficies d’inondation. Il y aura toujours un petit peu de terrain noyé, mais cette année il n’y en a pas eu : octobre décembre, janvier, on est au sec partout.”

acquérir des parcelles

Exposé de Franck Drouyer, technicien de la FDC35 (février 2016, extrait)

“Entre 1950 et 1970 le marais était inondé jusqu’à 10 mois par an et jusqu’à -12 mois par an sur certaines parcelles, entre autre sur le marais de Roz-Landrieu, et depuis 1970 est apparu la mécanisation et une politique d’assèchement de la part des propriétaires qui étaient souvent exploitants agricoles, en 1979 il y a eu la mise en place des pompes de la Fresnaye, un système qui permet de réguler l’eau avec la mer. À partir de 1980, les trois zones qui restent inondables sont le marais de Châteauneuf d’Ille et Vilaine, le marais de Roz Landrieux sur une petite superficie et le marais de Sougeal aussi mais qui sont inondables artificiellement.
En 1983, première acquisition d’une parcelle de prairie humide de 5 ha par des chasseurs locaux au travers de l’Association des Chasseurs de Gibier d’Eau d’Ille-et-Vilaine (A.C.G.E.I.V.)
Les réserves de chasse sont un grand gestionnaire, et beaucoup de zones humides ont été conservées grâce à la pratique de la chasse, donc là nous notre cas c’est grâce à la pratique de la chasse qu’on va pouvoir conserver et réhabiliter le marais de Châteauneuf d’Ille-et-Vilaine.
Donc les chasseurs eux c’est vrai qu’en 1983 on a vu la mécanisation qui est arrivée, ben plus de prairies humides tout simplement, les oies cendrées y’en a plus, donc ils avaient l’habitude de manger les oies cendrées avec des choux-fleurs, aujourd’hui les oies cendrées elle ne mangent pas de choux fleurs donc il n’y a plus d’oies cendrées.
Et en 1988, ces chasseurs de gibier d’eau ont sollicité la Fédération des Chasseurs pour dire attention on a vraiment un problème, aujourd’hui en baie du Mont-Saint-Michel on a toujours pensé, on pense toujours que les oiseaux passent la journée à l’intérieur de la baie du Mont-Saint-Michel et viennent se nourrir le soir au gagnage dans les marais intérieurs. Donc ça a toujours été ce qu’on a pensé, donc on s’est dit pour avoir des oiseaux, comme il n’y a plus de zone humide il faut qu’on en recrée. Donc on a eu un propriétaire d’une cinquantaine d’ha qui est venu nous trouver en nous disant “ben moi ça m’intéresse bien votre discours, je veux bien vous vendre mon terrain. Donc ben pas de problème, on a fait un deal, hein, vous allez voir que je vais beaucoup vous parler de deal, on est pas des dealers, on est des chasseurs mais, on a vraiment dealé, dealé, dealé, dans dans ces styles d’opérations. Donc le deal qu’on a fait avec lui, où il avait 67-68 ans, c’est de dire voilà les 50 ha ben nous on te les achète [en viager] puis tu finis ta carrière professionnelle, normalement ça devrait être assez rapide, trois ou quatre vaches, deux chevaux, et on va régler ça rapidement. Mais malheureusement, et tant mieux pour lui la personne est décédée il y a trois ans, donc vous voyez, il a été presque centenaire. Donc on a acquis ces parcelles et le conseil d’administration de la Fédération des Chasseurs était très euh en disant nous on veux créer une zone d’hivernage, c’est vraiment notre problématique première, pour alimenter les oiseaux en baie du Mont-Saint-Michel. Donc on a pris tout le secteur, regardé les courbes de niveau, et donc on a défini trois zones  : une zone qu’on a appelé prioritaire, une zone secondaire au niveau des acquisitions, et une zone dite de confort. Donc aujourd’hui on est propriétaire de 88% de la zone prioritaire, 61 % de la zone secondaire, et 33% de la zone de confort. Donc voilà, vous avez en rouge [sur la carte] la première zone, achetée à notre propriétaire en viager là. Et donc je vais dérouler donc 72 ha et après on est passé à 168, 178, 275, donc là on est arrivé dans les années 2008, 289 de 2010 à 2014 et 310 aujourd’hui. Alors nous il faut savoir qu’on a pas de zone de préemption, on ne peux pas dire on récupère tout on ne bouge pas, il faut aller les gagner, donc là je ne peux pas vous faire un graphique du nombre de cafés qu’on a pu boire ou d’apéros hein parce que, c’est complètement ça il faut y aller tous les jours aller hop on va voir un propriétaire, il faux lui expliquer, pourquoi il veux nous vendre donc là il faux vraiment ce qu’on appelle dealer, là on deale vraiment avec les gens et aujourd’hui on est fier de dire qu’en trente ans, alors ça ne s’est pas fait du jour au lendemain, 310 ha d’acquisition, nous on en est fier. Alors l’avantage, c’est que j’ai un de mes collègues qui avait commencé, donc il avait une génération de personnes en face lui, et moi je repasse et j’ai la deuxième génération. Donc ça aide aussi hein.”