le dialogue des oiseaux du Linot

C’est en allant dans le marais du Linot, sur les rives du canal de la Taillée à Donges, au début du mois de mai 2018, pour faire des images des herbes dans les prairies, qu’au retour à la voiture j’ai été saisi par le chant de cet oiseau dans la haie à proximité ; j’ai laissé le bouchon sur la caméra pour ne prendre que le son de l’oiseau, qui est déposé ici ; en le réécoutant je me suis aperçu qu’il dialoguait avec un autre de son espèce un peu plus loin dans le paysage sonore : j’attends le retour d’un ornithologue chevronné pour avoir le nom de l’animal, mais est-ce bien indispensable ? Tim Ingold (1993) évoque la nécessité de considérer la manière dont les sons du paysage nous permettent de nous relier aux êtres qui y furent ou bien y sont encore à la tâche et le fabriquent, il appelle cela le “taskscape”, ou paysage des tâches : ici, un peu de vent fait bouger les feuilles de la haie qui a été vraisemblablement plantée lors de l’assèchement et la constitution du parcellaire du marais au début du XIXème par la Compagnie de Bray, haie qui abrite aujourd’hui cet oiseau, et lui permet de signifier à son congénère que c’est bien en ce lieu qu’il habite et recherche de la nourriture pour se nourrir, ainsi que ceux de sa maisonnée, et que l’autre doit rester à distance respectable. Le paysage des tâches est donc aussi celui des attentions mutuelles et des interactions.

Voici la réponse d’Hugo Touzé, sollicité pour identifier les chants de cet enregistrement : “Au premier plan, on entend un mâle de Fauvette à tête noire (accompagné au loin parfois par au moins un autre individu peu audible), au second plan il y a un Rougegorge familier assez loquace (le deuxième protagoniste de cette bande son, que l’on entend très bien) et à la fin de cette bande son, on entend un Troglodyte mignon ainsi qu’un Pouillot véloce.”

Avec l’oreille d’Hugo, le paysage sonore prend une toute autre texture, et nous dévoile différentes lignes de devenir qui s’y déploient dans de multiples directions comme les fibres d’un tissu. Ingold en 2010 proposera un nouveau terme, celui de maillage [meshwork], pour qualifier cet entremêlement de lignes de croissance et de mouvement, afin d’enrichir la notion d’acteur-réseau, pour lui donner de l’épaisseur et de la durée :  “la gamme des tâches est remplacée par le mélange des lignes”. Il précisera en 2017 : “Mêlées au paysage plutôt que tracées en sa surface, les lignes du maillage sont intrinsèques à sa constitution comme les fibres dans la constitution d’un tissu”.

Le dialogue des oiseaux du Linot fut l’occasion de dialoguer avec Hugo, et cet échange a donné de l’épaisseur à ce maillage en train de se faire sous nos oreilles.

Ingold, T. , 1993. The temporality of the landscape. World archaeology, 25(2), 152-174.

Ingold, T., 2010. Bringing things to life: Creative entanglements in a world of materials. World 44, 1–25.

Ingold, T., 2017. Taking taskscape to task. Forms of Dwelling: 20 Years of Taskscapes in Archaeology, 16-27.

modestes communs

La gestion et la régulation des niveaux d’eau dans le bassin du Brivet n’est apparue qu’à la fin du XVIIIème avec les premiers vannages, avant cela la marée circulait librement au sein de ces marais qui présentaient un gradient de salinisation décroissant du Sud vers le Nord. Au secteur oriental a été institué le Syndicat des marais de Donges avec l’objet de travaux d’assèchement et la réalisation de voies navigables, tandis que le secteur occidental où fut institué la Commission Syndicale de Grande Brière Mottière restait un espace consacré aux activités traditionnelles de chasse, de pêche et d’exploitation de la tourbe et des roseaux. Ces institutions étaient supportées par les propriétaires des marais, puis la création de syndicats mixtes a introduit les collectivités locales dans ces institutions de gestion afin de soutenir les coûts désormais trop lourds pour les propriétaires.

Un règlement d’eau a été élaboré par la Commission Syndicale de Grande Brière Mottière en 1977, ce règlement n’existe pas encore à l’échelle du bassin du Brivet tout entier, cependant des cotes propres à chaque sous-unité hydrographique y sont tenues en fonction des saisons.

Avec l’introduction des collectivités dans la gestion, se produit un glissement progressif de la composition de ces institutions et de leur équipement technologique. Les syndics, représentant les propriétaires ont été progressivement remplacés par des délégués communaux puis intercommunaux. Les éclusiers, manœuvrant physiquement les ouvrages, ont été progressivement équipés d’alliés techniques motorisés, puis de capteurs, et enfin de dispositifs de gestion à distance. L’éloignement progressif du terrain tend à déplacer la mémoire des humains vers leurs alliés techniques, avec le risque d’un appauvrissement de la gamme d’expérience issue de la pratique de ces milieux soumis aux condition météorologiques, aux débits de la Loire, et aux fluctuations de la marée.

Avec le changement progressif de la composition des institutions de gestion, se produit aussi un déplacement d’échelle des forums de négociations sur les niveaux et la qualité plus ou moins salée de l’eau introduite dans le bassin. Cependant, le défi du maintien d’une activité humaine dans le marais a été relevé par la profession agricole qui, soutenue par les mesures agri-environnementales, a redéployé son activité pastorale sur le marais dans les années 1990. Il existe donc une nouvelle génération d’agriculteurs qui n’ont pas forcément recueilli l’expérience de leurs ainés, du fait d’un gap générationnel de la période 70-80 où l’activité agricole a connu une récession. Cependant, quelques anciens restent aujourd’hui des relais de mémoire vivants de l’évolution de ces milieux, des perturbations parfois chaotiques qui induisent leurs caractéristiques, et des pratiques de gestion de l’eau à l’échelle des prairies.

En contiguïté de ces prairies, les saulaies abritent des huttes de chasse, et les chenaux sont exploités par les pêcheurs. Pour franchir les chenaux, des ouvrages légers sont aménagés et entretenus. Nous faisons l’hypothèse qu’il existe des modalités de coordination pour l’installation et l’entretien de ces aménagements légers qu’il est intéressant d’enquêter.

Notre proposition concerne donc à la fois le recueil de l’expérience de ces hommes au sein des institutions Syndicales qui ont précédé ces changements d’échelle, comme le recueil de leurs pratiques de gestion des ouvrages et chenaux du réseau hydrographique qualifié de tertiaire.

Ce recueil peut nourrir deux objectifs. En premier lieu, il est susceptible de générer la constitution de groupes d’échanges localisés aux échelles fonctionnelles des sous-unités des marais indépendantes des unités administratives communales. L’hypothèse que nous formulons avec cette proposition, est que l’institution d’un dispositif intergénérationnel de collecte de ces savoirs vernaculaires peut préfigurer un dispositif permanent, complémentaire du Syndicat en place, ayant comme vocation la transmission de cette expérience du marais. La considération, à travers cette recherche, pour le savoir accumulé par les gens de terrain, alimentera la réflexion que le Syndicat souhaite mener pour établir son règlement d’eau.

Afin de fonder cette démarche sur une approche relationnelle, nous faisons le pari que les « corvées », pratiques d’entraide encore en usage chez les éleveurs pour effectuer de gros travaux comme par exemple la construction des  « gravières », gués permettant au bétail et aux engins de franchir les chenaux, peuvent constituer le noyau d’agrégation de ces assemblées locales. Cette approche horizontale par le réseau socio-technique a pour finalité d’éviter l’écueil d’une segmentation surplombante basée sur des catégories naturalistes. Elle semble pertinente dans les espaces où les conditions du milieu ne permettent pas le déploiement de lourdes alliances techniques et nécessitent un recours accrus aux solidarités humaines (accès uniquement à pied ou en barque).

Un deuxième objectif réside dans la reconnaissance des « communs ». Il existe localement de forts antagonismes chez certains chasseurs vis-à-vis des dates d’ennoiement du marais calées sur la date d’ouverture de la chasse. Celle-ci a été reculée pour être conforme aux directives européennes, et suscite une frustration.

En mettant en lumière les pratiques vertueuses en matière de travaux et forums associant pêcheurs, chasseurs et agriculteurs, nous avons l’intention de renforcer la considération pour ces « communs », qui peuvent paraître modestes, mais sont néanmoins significatifs. Et par cette mise en lumière, de produire un effet retour positif quand à l’estime de soi des acteurs impliqués dans ces processus de co-gestion, et les rendre contagieux.

 

 

transhumance à Mareil

Transhumance à Mareil chez Guillaume Douaud, le 8 avril 2017, compte rendu d’Éric Collias

Nous sommes arrivés bon derniers, à 8h15, ce samedi 8 avril, pour nous garer dans la prairie qui avait été transformée pour l’occasion en parking de la ferme de Mareil. Nous avons suivi les conseils de la personne qui était préposée au placement des voitures pour nous garer, puis nous avons chaussé nos chaussures de rando, pris nos sacs, nos bâtons, et nous sommes rendus dans la cour à l’entrée de laquelle une femme tenait la liste des inscrits et notait les arrivants. Il était proposé de laisser notre mail si nous voulions être informés des dates de ventes de viande à la ferme. Une fois dans la cour, environs 250 personnes étaient déjà là à boire le café qui avait été préparé et offert avec des tranches de cakes, sur des tables disposées sous un barnum le long du bâtiment Est de la ferme. Quelques bancs et des bottes de foins réparties ça et là dans la cour permettaient de s’assoir. Sous le barnum il y avait des panneaux présentant l’association ACROLA et les oiseaux qui sont bagués sur l’île à l’occasion des camps de bagage qu’elle organise. Mais aucun des membres de l’association prévus au programme pour une présentation de leurs activités n’a pu être présent.

ACROLA_1

Continuer la lecture de « transhumance à Mareil »

la panne

Construite sans fondations jusqu’au socle, l’écluse de Lavau Pierre-Rouge s’est progressivement dégradée au point de risquer de ne plus pouvoir fonctionner, aussi le syndicat du bassin versant du Brivet (SBVB) a-t-il décidé en octobre 2016 de la laisser ouverte.

armoire_écluse_Lavau

échelle_écluse_Lavau

Alors que cette écluse restait fermée au flot de la marée, elle laisse désormais passer ce flot avec les sédiments qui peu à peu s’accumulent dans le bief situé entre cette écluse et celle de la Taillée, au risque de voir cette dernière dysfonctionner à son tour, et que les sédiments vaseux s’accumulant ne permettent plus de réguler les sorties d’eau nécessaires à cet endroit.

20170408_vase_la_Taillée
l’étier de Lavau vu depuis l’écluse de la Taillée (8 avril 2017)

« Le problème de la panne est assez intéressant à cet égard et mériterait qu’on s’y attarde :  la panne renvoie précisément à la définition que nous avons donnée de l’objet technique puisqu’elle ne peut se comprendre qu’« en acte », comme rupture de ce rapport constitué par l’objet technique entre un dispositif matériel et un usage. Toute panne est donc une épreuve de la solidité de l’assemblage « socio-technique » matérialisé par l’objet technique, la rapidité avec [laquelle] la recherche des causes aboutit à un consensus donnant une mesure de cette solidité “(Akrich, 2010).

La dégradation en cours génère une situation critique qui mobilise les acteurs, leurs ressources, accélère la circulation des êtres humains et non-humains en tant que réseau-acteur, et offre donc une occasion privilégiée de suivre ces mouvements et les différents détours empruntés afin de stabiliser à nouveau les êtres et les choses.

Par ailleurs, l’ouvrage n’est pas cadastré, ni le sol où il est installé, ce qui complique la prise de décision quand à son devenir : doit-on le réparer, et dans ce cas qui prend en charge cette réparation ? Doit-on le démanteler, et dans ce cas quelles seront les conséquences dans la dynamique hydro-sédimentaire du bief et des îles contigües, avec quels impacts pour la circulation et la pâture des troupeaux à l’estive sur ces îles ?

citerne_Lavau_20170526_BD
citerne installée à l’écluse de Lavau pour l’abreuvement du bétail en conséquence de l’ouverture permanente du bief qui restreint les possibilités d’abreuvement du bétail sur le bief désormais trop chargé en sel

bateau_dévaseur_20170526_BD
un bateau dévaseur a été prêté par le syndicat voisin, cependant le test a été rapidement interrompu après que le bateau ai sombré…

dévasage_Taillée_20170526_BD
effets du dévasage réalisé à l’écluse de la Taillée à l’occasion des vives eaux de mai 2017

écluse_Lavau_flotHMVE_20170526_BD
à Lavau, l’expérience de l’ancien éclusier qui abaissait la vanne pour augmenter la pression du flot et faciliter la remise en suspension de la vase a été rappelée à l’éclusier actuel, par un agriculteur, lors d’une réunion de terrain : la voici mise en pratique

bouillon du flot de pleine mer de vives eaux arrivant dans le chenal avec l’abaissement de la vanne de Lavau le 26 mai 2017

Akrich, M. (2010). Comment décrire les objets techniques ? Techniques & Culture. Revue semestrielle d’anthropologie des techniques, (54-55), 205-219.