un bon compte rendu

 

“Je dirais qu’un bon compte rendu est un compte rendu qui trace un réseau.”

Voici le proposition de Bruno Latour (2014) qui considère le réseau comme une chaîne d’actions où chaque participant s’empare des évènements pour les traduire : “un bon compte rendu, dans notre optique, est un récit, une description ou une proposition dans lesquels tous les acteurs font quelque chose au lieu, si j’ose dire, de rester assis à ne rien faire, de transporter des effets sans les transformer.”

Dans cette perspective, le social est une  “entité circulante” et le texte devient un test “qui porte a) sur le nombre d’acteurs que l’auteur est capable de traiter en médiateurs, et b) sur la distance le long de laquelle il parvient à mener le social rendu de nouveau visible aux yeux des lecteurs.”

Pour Latour, “si un acteur n’introduit aucune différence, ce n’est pas un acteur”, et un mauvais compte rendu ne rend pas compte des transformations opérées par ces derniers, c’est à dire le  flux de traductions. Dans ce cas ils ne sont que des intermédiaires, et non des médiateurs.

Bruno Latour considère quatre aspects importants dans la notion de réseau :

– “un ensemble de points se trouvent connectés, ces connexions sont physiquement traçables, on peut les suivre empiriquement ;
– entre les connexions il y a des vides, comme le sait tout pêcheur qui jette son filet à l’eau;
– entretenir ces connexions entraîne une dépense, un effort, comme le sait tout pécheur qui répare son filet sur le quai.
– nos réseaux ne sont pas fait de câbles de nylon, de mots, ou de quelque substance durable ; ils ne sont que la trace que laisse derrière lui le déplacement d’un véhicule, d’une traduction, d’une circulation. Autrement dit, vous pouvez suspendre vos filets à poisson pour qu’ils sèchent, mais vous ne pouvez pas suspendre un acteur-réseau sur une corde à linge. . .”

Les associations peuvent être représentées graphiquement et grossièrement sous la forme de réseaux, mais de manière limitée, car il ne montrent pas ce qui circule. Cette limite permet de ne pas confondre la carte avec le territoire.

Le compte rendu devient à son tour une nouvelle source de médiateurs, et le défi est d’y rendre visible le social :”Dans un compte rendu en termes d’acteur-réseau, la proportion relative des médiateurs vis-à-vis des intermédiaires augmente. “

En conclusion, Bruno Latour précise : “toute la question est de savoir si l’événement du social peut s’étendre jusqu’à l’événement de la lecture pour le lecteur à travers la médiation d’un texte. ” C’est à dire que le compte rendu a la possibilité d’opérer une médiation et d’assembler les lecteurs, par la présentation du social, il a vocation à y donner des prises à ses participants.

Quelles sont les prises que nous pouvons offrir en matière de compte-rendus, comment collecter leurs traces dans le réseau socio-technique, et chemin faisant enrichir le social en train de se faire ?

  • identifier les associations d’humains et de non-humains à l’œuvre sur de modestes communs
  • décrire les réseaux qu’ils tracent en faisant œuvre commune
  • rassembler les humains et leur soumettre nos comptes-rendus de cette circulation du social
  • capturer les textes, paroles, actes que suscitent nos comptes-rendus : écrits, prises de sons, images, vidéos, et en enrichir ce social en retour en suscitant des conversations.

“Les oligoptiques sont l’opposé des panoptiques : ils ont des vues parfaites, mais étroites de la totalité connectée.”

Voici de son côté ce que propose Howard Becker (2006) vis-à-vis de cette assemblage de vues étroites : ” Beaucoup de théories du social reposent sur la prémisse que la réalité est cachée au commun des mortels, et que cela requiert une compétence spéciale, peut-être même un don magique, que de pas se laisser tromper par ces obstacles et de découvrir la Vérité. Je n’ai jamais cru à cela. Je citerai une nouvelle fois mon maître Hughes, qui disait souvent que les sociologues ne savaient rien que personne ne savait. Quoi que les sociologues aient su de la vie sociale, ils l’ont appris de quelqu’un qui était partie prenante et qui était pleinement engagé dans cet espace de vie. Mais ceci étant, […] le savoir n’est pas également distribué, tout le monde ne sait pas tout. Non pas parce que les gens seraient aveuglés aux réalités par des illusions, mais parce que des choses leur ont été rendues inaccessibles par des arrangements institutionnels (qui peuvent ou non avoir été mis en place dans ce but). Les sociologues enquêtent sur ce que celui-ci ou celui-là sait de manière à pouvoir, à la fin, rassembler le savoir partiel des participants en une compréhension plus complète.”

Hennion (2015) apporte un complément radical : “l’enquête est d’abord celle des personnes concernées et, […] notre propre enquête est elle-même une expérience qui s’ajoute à l’expérience en cours et la prolonge dans d’autres possibles. J’emploie le mot «ajouter» exprès, suivant l’idée très forte de William James sur la nature additive du savoir, qui ne réduit pas, ne décrit pas, ne dit pas ce que sont les choses, mais leur est ajouté et ainsi les augmente.”

Bruno Latour (Godmer & al., 2012) ajoute, au sujet de l’élaboration de compte rendus en sciences sociales qui emploient les images de la bande dessinée, ou de la photographie, ou des schémas de dispositifs techniques : « De même que dans un laboratoire vous avez des instruments de toutes sortes, y compris les plus archaïques et les plus contemporains, parce que c’est ce qui est nécessaire dans la production, moi j’ai beaucoup appris des « vrais » scientifiques, des scientifiques durs, c’est-à-dire l’indifférence totale aux questions de méthode bizarrement, ou de ton. Donc les mêmes, même s’ils sont obligés d’écrire leurs articles d’une façon commune lorsqu’ils publient, mais dans leur pratique, il y a une espèce de grande indépendance, qu’il s’agisse des physiciens, des biologistes ou des éthologues que j’ai étudiés, il y a en réalité une grande indifférence aux restrictions de sérieux. »
Bruno Latour poursuit en argumentant de la nécessité de l’«ajustement des formes d’écriture […] à l’objet » qui à pour finalité d’ «obtenir les mêmes effets que dans les sciences exactes : l’ajustement du dispositif à l’objet », avec l’incitation à ne pas imiter les sciences exactes dans l’ennui mais davantage à « imiter les scientifiques dans l’absence de sérieux. »

Becker Howard S., Pessin Alain, 2006. Dialogue sur les notions de Monde et de Champ, Sociologie de l’Art 2006/1 (OPuS 8), p. 163-180.

Godmer, L., Smadja, D., & Latour, B., 2012. L’œuvre de Bruno Latour: une pensée politique exégétique. Raisons politiques, (47), 115-146.

Hennion, A., 2015. Enquêter sur nos attachements. Comment hériter de William James?. SociologieS.

Latour, B., 2014. Changer de société, refaire de la sociologie. La découverte.