éco-anthropologie en Basse-Loire

Voici le résumé d’un projet d’article concernant l’approche anthropologique des changements climatiques et météorologiques

Éco-anthropologie en Basse-Loire : l’épreuve des étiages

Éric Collias & Anatole Danto

A l’ouest de la Loire-Atlantique, la Loire termine son cours dans un vaste estuaire, entre Nantes et Saint-Nazaire. Sur les deux rives, le lit majeur est composé de nombreuses zones humides : prairies, roselières, marais, avec notamment, au nord, le bassin versant du Brivet, et le marais de la Grande Brière Mottière. Cet espace est complexe, riche de la diversité des activités palustres en présence : pêcheurs, chasseurs, éleveurs, cueilleurs, apiculteurs, et soumis aux contraintes du fleuve, des marées, des flux de sédiments et des organismes vivants qui s’y installent pour tout ou partie de leur cycle de vie. Une recherche est en cours avec une approche éco-anthropologique, dont le but est de décrire certaines pratiques et certains usages sur cet espace et leur place dans la gestion effective de l’écosystème de la Basse-Loire. Cette recherche est lauréate de l’appel à projet pour le patrimoine culturel immatériel initié par le ministère de la culture en 2017. La démarche s’inspire d’une anthropologie symétrique (Callon, 1986) laissant la place aux non-humains : les autres êtres vivants et les alliés techniques sont constitutifs du social en train de se faire, et ce sont les modalités de ces associations entre les hommes, les bêtes, les plantes et les choses qui nous semblent intéressantes (Latour, 2013). Notre approche est relationnelle : nous considérons une socialité hybride où les catégories de nature et de culture peuvent être momentanément oubliées, et c’est ce que nous disent nos interlocuteurs de ces relations dont nous tentons de rendre compte.

Les cycles hydro-sédimentaires liés aux marées sont impactés par le changement climatique, et à condition que les espaces littoraux permettent la migration des habitats intertidaux sur le domaine terrestre, le processus d’évolution semble encore suffisamment lent pour permettre aux êtres vivants d’ajuster leurs propres cycles de vie, et par voie de conséquence les activités humaines qui en dépendent s’adaptent elles aussi. A ces cycles de marée se superpose la fluctuation des régimes fluviaux : l’année 2016 a été par exemple une année particulièrement sèche, cette sécheresse a nécessité le soutien de l’étiage dans les marais. Selon que les prises d’eau ont lieu en aval ou en amont de l’estuaire, la charge saline et sédimentaire est plus où moins forte et l’impact de ces prises d’eau a des conséquences très rapides sur le milieu. Certaines de ces conséquences sont souhaitées, comme par exemple dans le cas de la lutte contre certaines espèces envahissantes comme la Jussie, qui est progressivement éliminée par la salinité. D’autres conséquences posent des problèmes sérieux aux acteurs de ces espaces. L’envasement des chenaux consécutif aux fluctuations du bouchon vaseux dans l’estuaire bloque les ouvrages. Les apports d’eau salée incontrôlés dans quelques chenaux sont létaux pour certains poissons et le bétail. L’abaissement de la nappe d’eau douce provoque la remontée de sel dans le sol des prairies où les espèces fourragères en place ne sont pas adaptées et meurent par endroits, au détriment de l’activité pastorale.

En parallèle de ces évènement fortuits, les institutions et collectifs humains suivent d’autres processus d’évolution. Le premier d’ordre réglementaire déplace peu à peu la gouvernance, autrefois liée à la propriété foncière et aux syndicats de propriétaires, vers les institutions de gestion du bassin hydrographique, puis vers les collectivités locales. Le deuxième, d’ordre technique, substitue progressivement aux corps des éclusiers des dispositifs de mesure, de manœuvre et de pilotage à distance. Le troisième enfin, d’ordre socio-économique, conditionne le revenu de l’activité pastorale au maintien d’habitats spécifiques de faune et/ou de flore et permet une reprise de l’activité par des jeunes générations. Dans les situations de crise liées à la sécheresse, aux envasements, à l’augmentation brutale de la salinité, ces évolutions posent la question de la mémoire des institutions, des collectifs et des expériences corporelles : ces mémoires sont-elles toujours alimentées et mobilisées, ou bien font-elles déjà défaut ? Les trous générationnels liés aux précédentes récessions du pastoralisme sont-ils compensés par les conseils techniques des institutions en place ? Les ouvrages et corvées, modestes communs aux échelles parcellaires, tiennent-ils encore ces collectifs ? La nouvelle échelle de gouvernance est-elle pertinente face à ces épreuves ? Quelles sont les réponses apportées par les hommes aux aléas, quelles sont les nouvelles pratiques en cours d’émergence? Quelles sont les mutations institutionnelles ?

Cette recherche appuyée sur des observations, entretiens et ateliers de terrain, confrontera les comptes-rendus produits, écrits et audio-visuels, aux acteurs concernés. L’ensemble des productions sera centralisé pour cette mise à l’épreuve et une collecte des échanges subséquents sera effectuée. Le projet d’article ici proposé vise à la fois à présenter les changements à l’œuvre sur cet espace, et les stratégies adaptatives qui en découlent, mais aussi à exposer l’approche méthodologique employée en contexte de zones humides estuariennes, et à détailler les modalités d’échange de savoirs et d’expériences dans cette recherche de terrain ayant l’ambition de relier et de soutenir les acteurs concernés.

Callon, M., 1986. Éléments pour une sociologie de la traduction: la domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins-pêcheurs dans la baie de Saint-Brieuc. L’Année sociologique (1940/1948-) 36, 169–208.
Latour, B., 2013. Nous n’avons jamais été modernes. La découverte.