le marais du Brivet

Le marais du Brivet est inclus au sein du bassin-versant du même nom qui se déploie depuis les contreforts de l’anticlinal sud-armoricain vers la rive droite de l’estuaire de la Loire. Il est connecté sur sa partie occidentale avec le marais de Brière.

BV_Brivet_Landsat_2001
le bassin versant du Brivet en rive droite de l’estuaire de la Loire (image Landsat 2001 fausses couleurs et cours d’eau Loi sur l’Eau 2016)
Iles_estuaire
à l’exutoire amont dans l’estuaire, le Brivet emprunte un canal entre les écluses de la Taillée et de Lavau Pierre-Rouge (OrthoLitt IRC 2012, cours d’eau Loi sur l’Eau 2016)

Projet de recherche en éco-anthropologie

Pour constituer un support de formation pour des étudiants en L3 GÉO de Rennes 2 et en M1&2 ERPUR de Rennes 1, j’ai commencé un travail d’enquête socio-technique autour de l’innovation dans le système de vannes, d’écluses et de leur équipement de mesures et de manœuvres piloté à distance, au sein du bassin versant du Brivet,  en lien avec le rétablissement de la circulation du poisson et la mise en place d’intrusions salines afin de limiter certaines espèces invasives dans un système à forte activité pastorale. L’écho rencontré m’a encouragé à formaliser une démarche de recherche.
Le cadre conceptuel est construit à partir des travaux de Callon, Latour, Akrich, et du courant pragmatiste autour d’Howard Becker et  de Susan Leigh Star.

Problématique originelle

À partir de mes premières observations et entretiens, quelques hypothèses m’ont semblées intéressantes à approfondir autour de la substitution de l’éclusier par ce nouvel arrangement socio-technique :

– le corps de l’éclusier et la mémoire de ses interactions avec le système ne sont pas totalement substitués par le collectif et les dispositifs techniques mis en place,- le collectif institué pour remplacer l’éclusier et les dispositifs socio-techniques mis en place sont plus résistants (moins fatigables) mais moins résilients vis-à-vis des aléas,
– la mémoire stockée dans ces dispositifs socio-techniques est plus longue à mobiliser en cas d’urgence,
– avec la disparition des petits accords locaux opérés par l’éclusier quotidiennement, de grands désaccords se produisent à l’échelle du bassin versant,
– les défaillances dans la gestion des niveaux d’eau sont plus nombreuses et vont s’accroître dans le contexte de changement climatique,
– le Syndicat en charge de cet éco-socioystème remet en chantier sa stratégie de gouvernance.

Matériel

Une première série d’entretiens a été menée auprès d’acteurs impliqués de manière directe ou indirecte dans cette gestion :

– Jacky Frédouelle, ancien éclusier à Méan, a l’expérience de la gestion de l’ensemble des écluses du bassin- versant,
– Bruno des Robert, ingénieur de l’équipement concerné par l’aménagement des ouvrages sur le bassin versant du Brivet,
– Jean-Yves Bernard, directeur adjoint du Parc Naturel Régional de Brière, concerné par la gestion des milieux naturels et des espèces animales et végétales,
– Mathieu Marotin, successeur de Jacky Frédouelle ayant accompagné l’automatisation et la gestion à distance des ouvrages de gestion des niveaux d’eau à partir de 2007,
– Guillaume Douaud, agriculteur à Lavau qui fait paître son bétail sur une île de la Loire en période estivale,
– Lise Lebailleux et Kristell Le Bot du GIP Loire estuaire qui est une structure de collecte et de diffusion de données sur le fonctionnement de l’Estuaire,
– David Bourdeau et Élise Maritano du Conseil Départemental 44 qui est gestionnaire des parcelles acquises en Loire estuarienne par le Conservatoire du Littoral.

Une observation de la commissions du conseil syndical, et une observation de la commission “ouvrages et niveaux d’eau” du Syndicat du Bassin Versant du Brivet ont été menées en février et mars 2017.

Une archive sonore constituée d’entretiens a été mise à notre disposition par François-Xavier Trivière, sociologue ayant travaillé lors d’une mission du patrimoine ethnologique et de la DRAC en préalable à l’exposition « Portes d’èbe et portes des flots » au château des Ducs de Nantes en 1997 :

• Jacques Frédouelle, éclusier à Méan, 27/07/97, cassettes 1&2/2
• Annie Boulet, chargée de mission au PNR de Brière, 9/10/97, cassettes 1&2/2
• M. Bigeard, pdt du Syndicat des marais de Donges, 24/07/97, cassette 1/1

Une collecte de données est en cours qui concerne :

-les articles scientifiques relatifs à la question des espèces de poissons amphihalins qui depuis l’estuaire rejoignent le réseau hydrographique pour y trouver un habitat de reproduction et constituent une ressource de pêche,
-les données de suivi des populations de civelle mises en œuvre par le CEMAGREF, et l’ IFREMER,
-les données de suivi des populations d’anguilles menées par le PNR de Brière,
-les données de comptes rendus d’infraction à la réglementation de la pêche,
-les caractéristiques des ouvrages de gestion de l’eau et leurs évolutions : ces caractéristiques sont observées sur le terrain ou bien collectées dans les documents techniques disponibles auprès de la DDTM , du Syndicat, ou des prestataires en charge de leur mise en œuvre,
-les données produites par le GIP Loire Estuaire et le Syndicat Loire Aval (SYLOA),
-la poursuite des entretiens,
-la cartographie sous SIG de l’espace d’étude.

Affinement de la problématique

Suite à l’observation des commissions, nous nous sommes attardés sur l’ouvrage de Lavau Pierre-Rouge et le bief entre les ouvrages de Lavau et la Taillée. Aprés avoir constaté la dégradation de l’ouvrage de Lavau, posé sur les sédiments et donc instable, le SBVB a décidé de le laisser ouvert afin d’éviter le risque de son blocage en position fermée. Cette ouverture amène à un envasement rapide du bief qui menace les possibilités de manœuvre de l’écluse de la Taillée en amont. Par ailleurs, l’ouvrage n’est pas cadastré, ni le sol où il est installé, ce qui complique la prise de décision quand à son devenir : doit-on le réparer, et dans ce cas qui prend en charge cette réparation ? Doit-on le démanteler, et dans ce cas quelle seront les conséquences dans la dynamique hydro-sédimentaire du bief et des îles contigües, avec quels impacts pour la circulation et la pâture des troupeaux à l’estive sur ces îles ?

Lavau_cadastre
position de l’écluse de Lavau Pierre-Rouge et parcellaire cadastral

Selon Akrich (1993) : «le processus d’innovation est décrit comme la construction d’un réseau d’association entre des entités hétérogènes, acteurs humains et non-humains : à chaque décision technique, l’innovateur éprouve les hypothèses sur lesquelles il s’est appuyé, hypothèses qui concernent à la fois la nature des entités dont il a besoin pour faire avancer son projet et les désirs, intérêts, aspirations de ces entités ; en acceptant au fil de ces épreuves de négocier les contenus techniques, il mobilise toujours davantage d’entités et étend son réseau. Le processus d’innovation s’achève lorsque la circulation du dispositif technique ne génère plus de revendications susceptibles de défaire le réseau ainsi constitué et de remettre en cause le partage stabilisé des compétences entre l’objet et son environnement.» De leur côté, Goulet & Vinck (2012) envisagent l’innovation par la mise en retrait d’objets techniques comme une caractéristique de l’écologisation des pratiques agricoles, et ce cadre d’analyse vient enrichir l’approche de l’extension du réseau hybride par la possibilité d’une substitution d’une alliance socio-technique par la restauration ou la création d’une alliance avec un objet de nature ou un processus naturel.
La dégradation en cours génère une situation critique qui mobilise les acteurs, leurs ressources, accélère la circulation des êtres humains et non-humains de ce réseau-acteur, et offre donc une occasion privilégiée de suivre ces mouvements et les différents détours empruntés afin de stabiliser à nouveau les êtres et les choses.
Une rencontre sur le terrain avec l’agriculteur qui mène son troupeau à l’estive sur l’île Pierre-Rouge, nous a permis de prendre la mesure du problème auquel il est confronté : une passerelle construite il y a deux ans sur un chenal de marée est désormais au bord de l’effondrement. Il a commencé à faire passer le bétail après la marée de fin mars, mais les engins ne pourront pas passer, il doit reconstruire une nouvelle passerelle.
Cette évolution de la dynamique hydro-sédimentaire en conditions d’ouverture de l’écluse au flot et au jusant semble avoir été décrite par le modèle mis en œuvre conjointement par le GIP-Loire estuaire et le laboratoire Artelia. Dans quelle mesure le modèle a-t-il été traduit jusqu’aux agriculteurs pour leur permettre d’anticiper sur la situation actuelle, nous ne le savons pas. Une arène est-elle instituée pour la traduction de ce modèle et son appropriation sur le terrain ? Une contribution de la mémoire des agriculteurs a-t-elle été sollicitée pour l’enrichir ? D’une manière plus générale, les travaux du GIP produisent-ils des effets dans l’action des acteurs ?

Méthodes

La méthode de recherche que nous souhaitons mettre en œuvre s’inspire de Bruno Latour (2014), qui recommande de s’appuyer sur une description la plus précise possible : « un bon compte rendu est un compte rendu qui trace un réseau. […] il permet à celui qui l’écrit de tracer un ensemble de relations définies comme autant de traductions ». Becker (2002) de son côté propose « que nous comprenions la manière dont les acteurs voient la situation dans laquelle ils sont impliqués, et que nous découvrions comment ils définissent eux-mêmes ce qui est en train de se passer, afin de comprendre ce qui entre en jeu dans la production de leur activité ». Callon (1990) lui, nous conseille de suivre les intermédiaires mis en circulation : « les acteurs se définissent les uns les autres par le moyen des intermédiaires qu’ils mettent en circulation…le social peut être lu dans les inscriptions qui marquent les intermédiaires ». Enfin, selon ces auteurs, les comptes rendus doivent être confrontés aux acteurs, et les effets produits considérés comme autant de données dans la compréhension de leurs actions.

dendrogramme_1
représentation avec Iramuteq des classes lexicales des interlocuteurs lors de la commission ouvrages et niveaux d’eau

Les entretiens sont menés de manière non-directive avec une grille mentale. Les méthodes de traitement soulèvent des questions diverses :

• les mondes lexicaux que l’on peut révéler lors d’une analyse lexicale avec un outil de type Iramuteq permettent-ils de traduire les mondes sociaux en présence ?

• pour la représentation du réseau socio-technique, le codage des liens doit-il est restreint aux actants humains et non-humains ? Les travaux qui à notre connaissance proposent des solutions de représentation sont :
–    Haye, L. (2012). Les loisirs motorisés hors route. Conflits controverse et réseaux d’actants (Doctoral dissertation, Grenoble).
–    Missonier, S., Loufrani-Fedida, S., 2014. Stakeholder analysis and engagement in projects: From stakeholder relational perspective to stakeholder relational ontology. International Journal of Project Management 32, 1108–1122.

com_ouvrag_KW_
représentation avec Gephi d’un extrait du lexique partagé par les interlocuteurs de la commission “ouvrages et niveaux d’eau” de mars 2017 au SBVB

Pour le moment nous avons testé l’emploi de Gephi, qui comme dans la figure ci-dessus permet de réaliser une cartographie du lexique échangé entre les participants à une commission, lexique ici restreint aux êtres humains, non-humains et aux objets. Cette représentation figure les éléments lexicaux communs aux différents interlocuteurs de cette commission. Une autre approche avec Iramuteq permet une classification lexicale des termes associés par cooccurrence dans les segments des énoncés. Ces deux approches ne restituent pas le sens des propos échangés, et sont donc pour cette raison limitées, mais elle permettent cependant une exploration de la matière collectée en vue de son approfondissement.

Voici ce qu’en dit Latour (2014) : “La faiblesse de la notion de réseau est en partie due au fait qu’elle a donné lieu à des représentations visuelles assez pauvres. La représentation graphique des réseaux, perçus comme des embranchements rayonnants d’où partent des lignes qui les relient à d’autres points qui ne sont eux-mêmes rien d’autre que de nouvelles connexions, a fourni un équivalent grossier mais fidèle de ces associations. Elle avait pour avantage de définir la spécificité non pas en termes de contenu substantiel, mais à travers une liste d’associations : plus un point est connecté, plus il est individualisé. Ces graphiques avaient cependant l’inconvénient d’être sommaires d’un point de vue visuel, et de ne pouvoir appréhender les mouvements. Pourtant, ces limites possèdent un avantage certain : la pauvreté de la représentation graphique empêche l’enquêteur de confondre son infralangage avec les riches objets ainsi représentés ; la carte n’est pas le territoire. Au moins ne court-on pas le risque d’imaginer que le monde se compose de points et de lignes, tandis que les sociologues du social semblent trop souvent croire que le monde est fait de groupes sociaux, de sociétés, de cultures, de règles, alors que ces termes désignent le plus souvent les dispositifs de représentation graphique qu’ils ont mis au point pour donner sens à leurs données.
En tout cas, pour apprendre à tracer un acteur- réseau, il faut ajouter, aux nombreuses traces laissées par le fluide social, cette nouvelle source de médiateurs : le compte rendu écrit, qui va permettre ou non de rendre le social à nouveau visible. Dans un compte rendu en termes d’acteur- réseau, la proportion relative des médiateurs vis-à-vis des intermédiaires augmente.”

La lecture d’ “Être affecté” de Jeanne-Favret Saada (1990) m’encourage aussi à tenir un journal régulier et détaillé,  non seulement de ce que j’observe, mais aussi des sensations et affects suscités par ce terrain. L’idée ici est d’explorer la dimension poétique, métaphorique, les raisons du cœur, qui selon Bateson (1991) permettent une cartographie de “complexité à complexité”, et ainsi de pallier à la mauvaise épistémologie des catégories issues des descriptions discontinues imposées par le langage.

Éric Collias

Bibliograhie

Akrich Madeleine, 1993. Les objets techniques et leurs utilisateurs, de la conception à l’action, in Raisons pratiques, n°4, Les objets dans l’action» pp.35-57
Bateson, M. C., 1991. Our own metaphor : A personal account of a conference on the effects of conscious purpose on human adaptation. Smithsonian Institution Press.
Becker, H. S., 2002. Les ficelles du métier : comment conduire sa recherche en sciences sociales. La découverte.
Callon, M., 1990. Techno-economic networks and irreversibility. The Sociological Review 38, 132–161.
Favret-Saada, J., 1990. Être affecté. Gradhiva, (8), 3-9.
Goulet, F., & Vinck, D. (2012). L’innovation par retrait. Contribution à une sociologie du détachement. Revue française de sociologie, 53(2), 195-224.
Latour, B., 2014. Changer de société, refaire de la sociologie. La découverte.