ancien Brivet

René Pocard du Cosquer de Kerviler, nommé ingénieur en chef en 1882 à Saint-Nazaire, a mené la construction du bassin de Penhoët. Il relate la construction d’un puits artésien à cette occasion : ” Les eaux douces sont très rares à Saint-Nazaire et le Brivet est salé jusqu’à une distance assez considérable de son embouchure. L’entrepreneur des travaux se trouvant très embarrassé pour alimenter économiquement ses machines à vapeur, je lui conseillai de forer une colonne artésienne dans le plan présumé du thalweg de la vallée rocheuse. Après trente mètres de forage dans une vase compacte imperméable, l’eau jaillit en effet à la surface du sol ; et la pression hydraulique nécessaire pour opérer ce phénomène démontrait que l’eau rencontrée ne pouvait provenir que des sources du Brivet : pression supérieure à celle que la Loire exerce en aval, puisque le niveau de l’eau dans le puits reste supérieur à celui des hautes mers.” (Kerviler, 1876)

superposition des cartes IGN et BRGM avec un figuré en tireté NO-SE

Le figuré de l’ancien cours du Brivet de la carte de Kerviler en 1876 correspond avec celui d’un tireté de la carte géologique actuelle marquant une zone de fracture dans le socle .

Voici ce que nous rapporte un agriculteur aujourd’hui retraité au sujet de l’eau souterraine en Brière; : [1976] c’était aussi pire [que 2017], parce qu’ils avaient envoyé de l’eau salée jusqu’à Saint-Joachim, il y avait eu le feu dans les marais, et pour éteindre le feu ils avaient envoyé de l’eau vraiment salée, […] on a perdu des animaux parce que l’eau était tellement salée, et puis c’est un terrain où on ne peut pas amener de l’eau, c’est pas praticable, […] moi j’ai fini par faire un forage […] mais les premières années ça a marché, au bout de 5-6 ans c’était plus que de l’eau salée qui remontait. Ben le forage on l’a abandonné. D’ailleurs quand on a creusé le forage ou est descendus à 20 m, on est passé en dessous de la vase bleue, on arrive dans le sable, et du sable il est ressortit des coquilles d’huitres, elles devaient déjà être vieilles. (Gaudin Jean-Claude 2017 11 14)

forage de la Grole évoqué ci-dessus par Jean-Claude Gaudin (fond composition colorée Landsat 2001)


En 1988, un forage a été réalisé par l’entreprise Lemasson de Bagneux pour la STRAN, au point Long -2,2028862 Lat 47,2810851. Depuis le contact avec le socle altéré entre 34,20 et 33,4, est déposée une “argile grise très plastique”, sur laquelle reposent des “sables moyens avec qq petits niveaux plus grossiers, en alternance avec des petits niveaux argileux entre 29,60 et 32,60 m. Puis de 29,6m à 27,8 sont présents des “sables fins à moyens avec petits niveaux argileux gris”.

Après des essais de pompage concluants, un puits a été posé avec des filtres inox entre 32,60 et 24,20 de profondeur. Il serait intéressant de connaître aujourd’hui l’usage de ce puits et la qualité de l’eau qui y est extraite afin de savoir si c’est toujours une eau douce provenant du Brivet, ou bien si les aménagement de la Loire d’une part, les modification de l’occupation du sol dans le bassin-versant et les pompages de la nappe de Campbon d’autre part n’ont pas modifié l’équilibre hydrologique de cette nappe au profit du coin salé estuarien.

Cette information permettrait de savoir si la nappe profonde salée de Brière qui nous a été décrite par Jean-Claude Gaudin est une nappe strictement fossile, ou bien si cette nappe est aujourd’hui réalimentée par cette connexion ancienne du Brivet avec l’estuaire. (à suivre…)

biblio

Kerviler, R., 1877. L’âge du Bronze et les gallo-romains à Saint-Nazaire-sur-Loire. Société française d’archéologieclassique. Revue archéologique, 33, 145-153.