le sel du marais

Avec les envois d’eau saumâtre réalisés par le Syndicat du bassin versant du Brivet pour lutter contre la Jussie, la question du sel est devenue sensible dans le marais, notamment du point de vue des agriculteurs qui comptent sur l’eau des douves pour abreuver leur bétail.

Comme certains témoignages évoquent des dépôts de sel en surface des prairies en période de sécheresse, alors que d’autres évoquent la présence d’eau salée apparue lors de forages, ou lors de travaux de tourbage, il paraissait utile de les figurer sur une carte ; ci-dessous, en cliquant sur la carte, il est possible de la faire apparaître en plein écran et de lire les informations qui ont été collectées. Les points bleus sont des témoignages de présence d’eau salée en profondeur, les points verts sont des témoignages de dépôts de sel en surface, les points jaunes sont des “remontées de sel” hors de la zone test de salinisation en 2017.

umap

Voir en plein écran

D’autres informations sont disponibles dans la littérature scientifique, notamment celle qui comportent des relevés de végétation où figurent des plantes dites halophiles, qui supportent les milieux plus ou moins salés. Ces données sont ajoutées aux précédentes au fur et à mesure de leur collecte. Idem pour les observations de plantes halophiles que nous rencontrons sur le terrain.

Certains entretiens des archives de François-Xavier Trivière nous éclairent sur les nécessités d’envois d’eau salée (entretien avec un ancien président du Syndicat des marais de Donges, 24 juillet 1997) :

“il y a des problèmes, les responsables c’est-à-dire moi et Monsieur …, avec les pêcheurs et autre chose qui si vous voulez étaient mécontents, ils disaient qu’on faisait rentrer trop d’eau salée, alors qu’on en faisait entrer très peu, on avait quand même une salinité qui arrivait autour de 0,10g/l, parce qu’on a fait entrer un peu d’eau par Lavau. Et il y avait eu deux ans, trois ans maintenant, une période très chaude, du fait des orages les poissons sont crevés, et les pêcheurs de Pontchâteau nous avaient intentés des procès et donc ils disaient qu’on avait fait rentrer trop d’eau saumâtre, et donc ça avait été assez loin les procès, je risquai de me retrouver inculpé, alors donc on a eu une réaction, c’est à dire bon ben puis qu’ils veulent pas qu’on fasse rentrer du tout l’eau, par Lavau, on en fait pas rentrer.

Ce qui fait que l’an dernier à cette époque ci on en avait pas du tout et c’est eux-mêmes qui sont venus nous retrouver en nous disant “eh! faites rentrer l’eau parce que les poissons ont crevé”. Ce qui c’est produit parce que n’ayant plus d’eau dans les canaux, on était sur la vase et le moindre poisson qui restait y est passé.

Il faut réalimenter légèrement, si on réalimente pas quand il y la chaleur, le vent , la pousse de l’herbe à partir de juin, les roseaux en Brière et tout, on risque de perdre jusqu’à 3 cm d’eau / jour. […]

Donc il faut des réalimentations, et dans le cadre du syndicat mixte, ce qu’on aimerait toujours avoir, c’est une une réalimentation donc par le bassin de la Vilaine qu’on arrive pas à obtenir, parce que il y aurait moyen par l’Isac, et puis donc en prenant dans le canal de Nantes à Brest, il y aurait un canal à creuser de deux kilomètres entre les deux bassins, et donc on pourrait réalimenter si vous voulez et c’est ce qu’on cherche dans notre secteur.
Parce que autrement, autrefois les marais de Donges et même la Brière, étaient alimentés donc d’une part par l’eau de la Loire, qui à l’époque n’était pas salée, ou pas beaucoup du fait qu’il n’y avait pas eu de travaux qui avaient creusé le chenal, et deuxièmement il y avait la nappe phréatique de Campbon qui était la source naturelle du Brivet, et envoyait toujours de l’eau quoi.

Maintenant la nappe phréatique de Campbon c’est elle qui sert à l’alimentation humaine, le niveau est très bas, elle alimente Saint-Nazaire et une grande partie de la presqu’île, on ne peut pas revenir là-dessus mais ça nous pose des problèmes, surtout quand on sait que les grandes usines comme Elf et les chantiers de l’atlantique tout ça se servent de l’eau du service d’eau pour l’alimentation en eau industrielle, parce qu’ils ne peuvent pas s’en servir [de la Loire] elle est trop salée, alors donc il faudrait qu’il soit, si vous voulez, si il n’y avait pas toute cette perte d’eau pour l’alimentation, si il y avait eu une conduite qui serait simplement pour les eaux industrielles, ben il faut aller la chercher comme pour l’eau, c’est à dire de l’autre côté de Nantes, il faut presque aller à Ancenis, Ça représenterait des frais énormes. Et pour nous c’est un, c’est grave parce qu’au fond avec l’eau qu’emploie la raffinerie de Donges on pourrait revenir à niveau dans le marais. Donc quand elle sort [de la Loire] elle est extrêmement salée, il peuvent pas s’en servir, c’est trop corrosif.”

Témoins anciens : moules et balanes

La carte suivant est issue d’un article de Maillard et Gruet en 1972 :

Répartition de deux espèces caractéristiques de milieux saumâtres (Maillard et Gruet, 1972) .

La Congérie, ou petite moule de Brière, est originaire du nord de l’Europe.

Le Balane est un crustacé dont “La partie visible […] est une épaisse sécrétion calcaire formant une muraille conique blanchâtre, fortement soudée par sa base au substrat (pierre, bois, etc…).”

Maillard, Y., & Gruet, Y. (1972). Les eaux saumâtres de la Brière. Penn-ar-bed, VIII, (71,372-385).