le réseau du phragmite

Ce n’était pas prévu, mais il s’avère qu’un petit passereau migrateur fait le lien, au cours de son voyage vers l’Afrique, entre le marais de Châteauneuf et celui du Brivet.

Selon Franck Drouyer, garde de la FDC 35  qui gère le marais (entretien, 2015) “on veux améliorer le potentiel du site, et donc on veux travailler aujourd’hui sur le phragmite aquatique, qu’est un tout petit oiseau, qu’est en voie de disparition, et donc il y a un gros programme au niveau national et international pour la sauvegarde de cette espèce. Et pour certaines prairies entre autres, on doit les faucher mais ce qu’on appelle les fauches tardives, en gros à partir du 15 août. Parce que lui il passe 1er août-15 août, il passe là, il a besoin de nourriture, donc si c’est coupé il n’y a plus de nourriture il ne peux pas s’arrêter. Et comme ce sont des petits oiseaux et qu’ils ont besoin d’avoir des haltes pour se nourrir et bien ils n’arrivent pas à faire leur passage migratoire. Donc on dit nous aux agriculteurs, “ben maintenant tes parcelles là on te les met à disposition, mais tu iras faire du foin que à partir du 1er septembre”. Donc là c’est plus compliqué. Voilà, donc on essaye de tourner, aujourd’hui là nous on rentre dans un travail de création de ce qu’on appelle le plan de gestion, on va reprendre tous nos objectifs, et puis d’essayer de faire un plan avec tous nos partenaires.” […]

“Il y a un plan national qui a été mis en place pour la phragmite aquatique. Nous on a voulu l’intégrer. Elle passe sur le plan côtier, on ne savait pas si l’espèce passait dans les terres. Nous on a intégré leur réseau, et donc on a fait une session de bagage pendant dix jours ici, et on a capturé 11 individus, c’est pour ça qu’on a pu justifier sa présence, et ça nous donne l’avantage maintenant de pouvoir bénéficier de plusieurs milliers d’euros d’aide, parce que avec la phragmite aquatique toutes les portes s’ouvrent.”

ACROLA_2
panneau de l’association ACROLA présenté à l’occasion de la transhumance du 8 avril 2017 à Mareil

Lors de la transhumance à Mareil le 8 avril 2017, des panneaux de l’association locale ACROLA étaient présentés sous le barnum qui était disposé pour l’accueil des participants. Il y est écrit “Le site de Donges Est en Loire-Atlantique est la station de bagage qui accueille le plus de Phragmites aquatiques en France entre mi-juillet et mi-septembre.”

Lors d’un entretien en janvier 2017, Guillaume Douaud, qui organise cette transhumance pour ses bêtes nous disait : “Les animaux passent 8 mois là-dessus [l’île chevalier] c’est un pâturage permanent, c’est à dire qu’on a toujours de l’herbe, les marées arrivent, lorsqu’elles sont pas trop salées elles brûlent pas. Donc il y a un dépôt alluvionnaire qui [fait dire] “c’est la plaine du Nil”, mais c’est vrai, ça a été particulièrement marquant aux marées d’automne là, y a un petit dépôt alluvionnaire, qui fait que ça nourrit naturellement le sol, l’herbe pousse, et on a une superbe herbe. Et l’herbe elle est très variée ici, là c’est une roselière, alors j’ai découvert toutes les vertus des roselières et des vasières, notamment au niveau des oiseaux, des poissons, de la nourrice, et puis nous on est ici, et les animaux l’été vont là dedans chercher, ben ils vont manger du liseron qui pousse dans les roseaux etc. Donc on gère le chargement de façon à ce que ce soit cohérent avec le milieu. Il y a quelque chose d’intéressant sur la plan agricole et écologique et presque symbiotique parce que lorsqu’on travaille, enfin on discute un peu avec les ornithos avec l’ACROLA notamment, eux disent, si il n’y a pas d’animaux, et bien le milieu se ferme et on aura pas cette capacité d’accueil et la roselière pourrait tout prendre, […] le rôle de l’élevage on le vend aussi comme ça”.