l’enquêteur et ses terrains

Je suis né et ai grandi sur les rives de la rade de Lorient, et les marais du Scorff ont compté parmi mes terrains de jeu. Puis, c’est dans les marais de Kervran-Kerzine à Plouhinec (56) ou les salines de Carnac et que j’ai fait mes premières armes d’ornithologue amateur.

C’est à l’occasion d’une mission au sein du Laboratoire de Géomorphologie de l’EPHE à Dinard et du Laboratoire de Botanique de l’Université de Rennes 1 en 1999 que j’ai expérimenté professionnellement le terrain paludicole, lors de l’étude préalable au projet de réinsularisation du Mont Saint-Michel. J’y ai collecté des données topographiques, sédimentaires,  et de végétation.

J’ai ensuite, en tant que consultant, réalisé une vingtaine d’inventaires de zones humides au sein du massif armoricain, en y associant la traduction des expériences et savoirs pratiques de groupes communaux d’experts locaux de ces zones humides, composés principalement de techniciens communaux, de chasseurs, d’agriculteurs, et de pêcheurs.

Afin de construire une base de connaissances anthropologiques pour des étudiants en écologie et sciences sociales appliquée à l’aménagement, j’ai commencé une enquête de terrain dans le marais du Brivet en 2013. J’ai ensuite complété ce terrain en retournant dans la baie du Mont Saint-Michel en 2015 pour présenter à des jeunes géographes différents enjeux liés à l’intense productivité biologique de ce site, et leur proposer quelques outils de sciences sociales pour leur  permettre d’appréhender les alliances entre les choses, les hommes et les autres êtres vivants de cet espace.  Ces terrains d’expérimentation pédagogique sont devenus peu à peu des terrains de recherche dont ce blog est le compte-rendu.

Avec un jeune anthropologue, Anatole Danto, doctorant du CNRS, nous sommes lauréats en 2017 d’un appel à projet de recherche du Ministère de la Culture sur le thème du Patrimoine culturel immatériel, pour lequel nous avons proposé de travailler différents sujets d’éco-anthropologie en Basse-Loire, de l’estuaire à la Brière, tels que la transhumance des bovins, les modestes communs, la chasse au gibier d’eau sur le domaine public fluvial, l’apiculture et la pêche estuarienne.

Éric Collias / 06 83 48 98 88