l’hypothèse du bœuf néolithique de pré-salé

tentative de représentation d’un schorre moyen (vert) et supérieur (magenta) il y a -5000 ans BC en baie de Quiberon

2018 03 27

Les premiers éleveurs néolithiques du secteur carnacois auraient-ils pu consommer du bœuf de pré-salé ? Cette question m’est venue alors que je me documentais sur les débuts de l’élevage ovin au sein des herbus du Mont-Saint-Michel. En considérant l’allure topographique de l’ensemble baie de Quiberon et golfe du Morbihan, il était possible qu’une extension des prairies halophiles fut beaucoup plus importantes au néolithique qu’actuellement et pourquoi pas puisse constituer un support aux débuts de l’élevage sur ce secteur : la richesse de la production mégalithique se serait-elle fondée sur l’intense productivité biologique caractéristique des milieux estuariens ? Cette forte productivité biologique des marais de pré-salés (Lefeuvre & al., 2000) atteint en moyenne 20 tonnes de matière sèche par ha et par an (un maïs donne 12 Tms/ha/an si on lui donne de l’azote à raison d’environ 160 kh/ha/an), et permet d’envisager une activité pastorale sans nécessité de défrichement, puisque la prairie est directement contrôlée par le régime tidal.

En parcourant la littérature, j’ai d’abord découvert que les plus anciens vestiges de bovidés domestiques sont constitués de dépôts rituels à Er Grah (Locmariaquer) vers 4300 BC (Cassen & al. 2012), au tumulus Saint-Michel (Carnac) autour de 4500 BC  (Tresset, 2002, Cassen & al. 2012) , et que subsistent aussi des traces symboliques, à travers les gravures rupestres de motifs cornus à Mané Lud ( Locmariaquer), cependant sujets à controverse (Cassen, 2005), ou de bovins à Gavrinis vers le milieu du Vème millénénaire (Tresset, 2002, Cassen & al. 2012).

Par ailleurs, les recherches palynologiques (Visset & Bernard, 2006) et sédimentologiques (Baltzer & al., 2015)  fournissent des informations sur les niveaux marins au cours de la remontée de la mer de la période holocène.

Nous sommes donc partis d’une position du niveau marin de -5m à 5000 BC (Visset & Bernard, 2006), et avons retenus une portion de schorre, le schorre moyen, où est susceptible de se développer la prairie à puccinellie (la prairie des moutons de prés salés du Mont-Saint-Michel) entre les coefficient de marée 70 à 100 (Levasseur et Bonnot-Courtois, 2002). Ce qui, pour les niveaux de marée de la Trinité sur Mer, selon le SHOM, correspond environ aux niveaux de marée de 5,52 m CM et 4,81 m CM. Une fois soustraits les 5 m de niveau marin, cela donne la fourchette d’un schorre moyen à 5000 BC entre 0,52  et -0,19 m CM.

Cependant, la lecture de Stéphan & al. (2014) nous incite à revoir le niveau à 5000 BC vers -6 à -7m, ce point n’est donc pas encore tout à fait résolu.

L’hypothèse faite ici considère un marnage identique entre aujourd’hui et cette période, ce qui n’est pas certain (Baltzer & al.2015). L’autre point important à considérer est la nature des sédiments accumulés dans la période considérée : le profil sédimentaire fait en milieu de baie (Baltzer & al.2015) considère ceux-ci (milieu des évènement E4-E5) comme “argile silteuse”, ce qui correspond au substrat susceptible d’accueillir un schorre.

Pour représenter l’étendue de cette prairie potentielle de schorre moyen, nous avons employé un modèle topo-bathymétrique mis à disposition par le SHOM. Cependant le modèle employé est basé sur des dépôts ou déblais sédimentaires hérités de la transgression qui s’est prolongée entre 5000 BC et aujourd’hui.

À la fin du mésolithique, “[l]’importance des chénopodiacées (60 %) dans la dépression de Suscinio suggère de vastes étendues de vasières maritimes (slikke et schorre)”(Visset & Bernard, 2006), mais le modèle dont nous disposons ne présente pas le profil sédimentaire susceptible de figurer ces vastes étendues. Une correction du modèle est donc à envisager pour proposer une représentation plus fidèle de cette prairie néolithique potentielle.

Cette étendue est figurée en vert dans la carte ci-dessus. Le schorre supérieur qui peut être occupé selon les conditions d’imbibition d’eau continentales par des roselières basses à Scirpe marin, des joncs (Jonc marin ou Jonc de Gérard) ou en l’absence d’apports d’eau continentale par du Chiendent piquant, est figuré en magenta. Ces deux secteurs sont donc supposés être soumis à l’influence de la marée selon l’étendue variable de son recouvrement.

Il manque à cette représentation le secteur situé entre le paléo-rivage et le rivage actuel qui selon les dépôts sédimentaires du haut estran et chenaux de drainage des rivières continentales compose une mosaïque de bois humides, marais et lagunes (Visset & Bernard, 2006).

***

2018 03 29

C’est un géologue, David Menier, qui nous a confié une représentation beaucoup mieux fondée que la notre, puisqu’elle se base sur un modèle topographique issu de l’analyse des sédiments de la baie réalisée au cours de campagnes de mesures sismiques (Menier & al., 2016).

diagramme schématique illustrant les différents environnement durant le dernier stade de la transgression Holocène sur la côte sud de la Bretagne ( © Menier, avec l’aimable autorisation de l’auteur, modifié d’après Menier & al., 2016)

L’article de Menier & al. (2016) ne date pas précisément la carte ci-dessus. C’est dans l’atlas des réseaux fluviatiles anciens réalisé en 2014 (Menier & al.) qu’une date est proposée pour ce modèle, soit environ 7000 BC. À cette période le niveau marin est à – 30m. Une catégorie “marais” est figurée dans ce modèle, il s’agit de marais maritimes, qui incluent donc les niveaux de schorre propices à l’installation de prairies halophiles.

2019 05 23

Cette représentation vient soutenir l’hypothèse d’une extension importante du schorre à la fin de l’holocène, et par conséquent milite en faveur d’un habitat propice à une activité pastorale sur pré-salé, qui, si elle a eu lieu, ne s’est probablement pas mise en place avant le milieu du Vème milénaire. Il faut cependant apporter d’autres arguments pour appuyer cette hypothèse.

Des recherches en cours sur la paléogénétique des organisems conservés dans les sédiments littoraux de la baie de Quiberon nous donneront peut-être une réponse à cette question.

Baltzer, A., Cassen, S., Walter-Simonnet, A. V., Clouet, H., Lorin, A., & Tessier, B. (2015). Variations du niveau marin Holocène en Baie de Quiberon (Bretagne sud): marqueurs archéologiques et sédimentologiques. Quaternaire. Revue de l’Association française pour l’étude du Quaternaire, 26(2), 105-115.

Cassen, S. (2005). Pigeon-vole! Re-connaissance d’une gravure armoricaine du V e millénaire. Bulletin de la Société préhistorique française, 299-334.

Cassen, S., Boujot, C., Dominguez Bella, S., Guiavarc’h, M., Le Pennec, C., Prieto Martinez, M. P., … & Vigier, E., 2012. Dépôts bretons, tumulus carnacéens et circulations à longue distance. Jade. Grandes haches alpines du Néolithique européen. Ve et IVe millénaires av. J.-C, 2, 918-994.

Lefeuvre, Jean-Claude and Bouchard, Virginie and Feunteun, Eric and Grare, Sonia and Laffaille, Pascal and Radureau, Alain European salt marshes diversity and functioning: the case study of the Mont Saint-Michel bay, France. (2000) Wetland Ecology and Management, Vol. 8 (n° 2-3). pp. 147-161.

Levasseur J.E. et Bonnot-Courtois C., 2000. Contribution à la connaissance de la dynamique des herbus. Projet de rétablissement du caractère maritime du Mont Saint-Michel, Etudes en Environnement, Rapport final, D.D.E. Manche, St-Lô, Mission Mont Saint-Michel, V , 196 pp.

Menier, D., Tessier, B., Proust, J. N., Baltzer, A., Sorrel, P., & Traini, C., 2010. The Holocene transgression as recorded by incised-valley infilling in a rocky coast context with low sediment supply (southern Brittany, western France). Bulletin de la Société Géologique de France, 181(2), 115-128.

Menier, D., Augris, C., & Briend, C. (2014). Les réseaux fluviatiles anciens du plateau continental de Bretagne Sud. Editions Quae.

Menier, D., Estournès, G., Mathew, M. J., Ramkumar, M., Briend, C., Siddiqui, N., … & Labeyrie, L. (2016). Relict geomorphological and structural control on the coastal sediment partitioning, North of Bay of Biscay. Zeitschrift für Geomorphologie, 60(1), 67-74.

Stéphan, P., Goslin, J., Pailler, Y., Manceau, R., Suanez, S., Van Vliet-Lanoë, B., Hénaff, A. & Delacourt, C., 2014.  Holocene salt-marsh sedimentary infilling and relative sea-level changes in West Brittany (France) using foraminifera-based transfer functions. Boreas. 10.1111/bor.12092.

Tresset, A., 2002. De la mer au bétail en domaine atlantique: unité et diversité des processus d’apparition de l’élevage à la marge nord-ouest de l’Europe. Anthropozoologica, 36, 13-36.

Visset, L., & Bernard, J., 2006. Evolution du littoral et du paysage, de la presqu’île de Rhuys à la rivière d’Etel (Massif armoricain–France), du Néolithique au Moyen Âge. ArchéoSciences. Revue d’archéométrie, (30), 143-156.